google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 
  • Bonfils FrĂ©dĂ©ric

đŸ…”đŸ…”đŸ…”Flagrant DĂ©ni. Lumineux au ThĂ©Ăątre de la Huchette

Mis Ă  jour : mars 16

Imaginez Mesdames et Messieurs ! C'est par ces mots que commence flagrant déni.

À partir de lĂ  vont dĂ©filer devant nos yeux Ă  la barre du tribunal, une multitude de personnages, hommes et femmes, hauts en couleur, ciselĂ©s par la plume de Maupassant.


« Qui suis-je pour me railler de cette femme, moi qui n'ai jamais aimĂ© ? ». Fait-il dire au jeune juge Saval, ce mĂȘme juge qui sera fauchĂ© par l'amour au crĂ©puscule de sa vie.

Au tribunal du Flagrant déni tout le monde se nie, se renie, se méfie. Dans la robe du juge Saval, Maupassant s'amuse à faire comparaßtre à la barre une galerie de personnages tous plus fous, les uns que les autres.

Pourquoi Maupassant plait-il toujours autant au théùtre ?

Peut-ĂȘtre parce que "Maupassant aime la truculence, les drames loufoques et les amours perdues, les parties de pĂȘche rugueuses et les beuveries de campagne qui tournent au drame." Comme le dit trĂšs bien Franck Desmedt, directeur du thĂ©Ăątre de la Huchette.

Peut-ĂȘtre parce que Maupassant est drĂŽle, caustique et qu’à nul autre pareil, il a su dĂ©peindre le genre humain avec une description si juste, presque extravagante. Nous y allons en riant, avant de nous apercevoir que c’est nous que l’on juge.

Peut-ĂȘtre, tout simplement, parce que Maupassant est profondĂ©ment humain.


Maupassant fut un tel « foisonneur » de talent, que faire un seul en scÚne, à partir de ses multiples nouvelles est un véritable défi.

Pourquoi Flagrant déni ? Comment trouver le lien ?

Le premier travail d’Alain Payen a Ă©tĂ© de relire toutes les nouvelles de Maupassant et de sĂ©lectionner celles qui lui paraissaient les plus thĂ©Ăątrales, par la forme. Le dĂ©clic s'est produit quand il a lu Le Trou, un monologue trĂšs enlevĂ© oĂč un pĂȘcheur Ă  la ligne, accusĂ© d'homicide, clame son innocence devant un prĂ©sident de cour d’assises.

Par sa théùtralité, la salle de tribunal lui a paru alors le cadre idéal pour bùtir son spectacle. Il en a alors retenu trois autres : Tribunaux rustiques, Le Cas de Madame Luneau, Une vente, un paysan normand qui, pris d'un excÚs de boisson, veut vendre sa femme au mÚtre cube au sacristain quincailler qui réclame son dû pour avoir engrossé une bourgeoise, en mal d'enfant.


Aussi drÎles soient-elles, je ne voulais pas pour autant réduire mon spectacle à une succession de séances de tribunal. Le juge étant le dénominateur commun à ces quatre nouvelles, je décidai d'étoffer le personnage en en faisant le protagoniste de deux autres nouvelles qui m'avaient particuliÚrement plu. Dans la premiÚre (Lettre retrouvée sur un noyé), un jeune homme arrogant raconte sa mésaventure avec la jeune femme qui lui a fait perdre foi en l'amour. Dans la deuxiÚme (Regret), un vieux garçon de 62 ans, secrÚtement amoureux depuis toujours de la femme de son meilleur ami, se précipite chez elle pour lui déclarer enfin son amour. En impliquant ce personnage de juge à différents moments de son existence, personnage cynique et désabusé dans sa jeunesse, seul et désespéré à la fin de sa vie, mon objectif était de donner une profondeur et une gravité à l'ensemble. Entre ces paysans et artisans qui s'affrontent et ce juge qui se confie, c'est toute l'humanité de Maupassant que j'ai voulu donner à entendre. Alain Payen

Alain Payen réussit, magnifiquement ce défi. Avec une immense intelligence, il réussit à lier ces différentes nouvelles et croquer tout un panel de personnages avec truculence et un réalisme évident.


Il fait naĂźtre toutes les notes grotesques de la comĂ©die humaine, sans tricher... J’allais dire assez bĂȘtement, mais je tiens Ă  ne pas m’en excuser, “sans distance et sans masque“. Franck Desmedt.


Par un dispositif extrĂȘmement simple (une chaise fera office de barre des tĂ©moins et de siĂšge pour le juge. Un costume), Alain Payen et Catherine Benhamou sont allĂ©s au coeur de l'interprĂ©tation afin de trouver l'endroit juste de l'incarnation. Avec Flagrant DĂ©ni, trĂšs juste et gĂ©nĂ©reux, nous partons Ă  la dĂ©couverte d'un univers riche et lumineux en passant du rire Ă  l'Ă©motion.


Folie et dĂ©mesure. Un travail d'acteur extrĂȘmement prĂ©cis et intĂ©rieur, sans aucun artifice, extĂ©rieur. Catherine Benhamou

Flagrant DĂ©ni

D’aprùs les nouvelles de Guy de Maupassant

Tribunaux rustiques, Lettre retrouvée sur un noyé, Le Cas de madame Luneau, Une vente, Le Trou, Regret. Adaptation et jeu Alain Payen

Mise en scĂšne Catherine Benhamou

Photo Gonzague Phélip, Philippe Escalier et Fabienne Rappeneau

Théùtre de la Huchette

23 rue de la Huchette 75005 PARIS

À partir du 7 octobre 2020 du mardi au samedi à 21h15

Durée 1h15





Posts récents

Voir tout