google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 
  • Bonfils Frédéric

Un jour, je reviendrai. Une Merveille au Théâtre de Sartrouville

Mis à jour : mars 31

Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵🅵

Un homme renaît à la vie après un coma. Tout en réapprenant les gestes les plus simples à la manière d’un petit enfant, il observe cette situation avec toute sa causticité d’adulte. L’hôpital devient alors la toile de fond dont il se nourrit pour écrire une comédie grinçante. On le retrouve quelque temps plus tard : c’est un auteur et metteur en scène trentenaire, en rémission, parti aux Pays-Bas pour la tournée d’une pièce. Ce voyage, dont il pressent qu’il sera le dernier, est l’occasion de porter un regard sur ses amours passées, mais surtout sur le théâtre qui a structuré sa vie.

Pourquoi réunir L’Apprentissage et Le Voyage à la Haye ?

"Ces deux textes sont autobiographiques. Ils ont été écrits chronologiquement et ils traitent des mêmes thèmes : le théâtre, le désir, la maladie, la mort. L’Apprentissage raconte la sortie du coma et le retour à la vie. Le Voyage à la Haye raconte comment la tournée d’un spectacle aux Pays-Bas devient un voyage d’adieu où Lagarce revisite certains moments de sa vie et de son art. Les thèmes de ces textes sont sombres pourtant, il s’en dégage une immense vitalité, notamment parce que l’écriture est un moteur puissant pour « tenir ». Il y a d’ailleurs beaucoup d’humour, principalement sous la forme de l’ironie (sur les autres et sur soi-même), cette ironie singulière propre à Lagarce." Sylvain Maurice

Sylvain Maurice, en mettant en scène ces deux monologues de Jean-Luc Lagarce et en les associant, a eu une grande idée. L'Apprentissage et Le Voyage à la Haye se complètent, se répondent et résonnent l’un, l’autre.


Si on ajoute un travail tout en précision et délicatesse, une scénographie, des lumières et des sons qui ponctuent le texte et, surtout, un magnifique comédien, Vincent Dissez, presque une incarnation de l'auteur, on obtient un spectacle grandiose.

"Un jour, je reviendrai est une expression de Lagarce lui-même. Il se projette dans le futur alors qu’il sait qu’il va mourir (Il a le sida à une époque où les traitements contre le virus sont encore inefficaces). On peut l’entendre comme un pied de nez à la mort. Lagarce postule une forme de postérité : il a conscience que son œuvre passera le temps. L’expression suggère également une forme de réincarnation."

Même s’ils se rejoignent sur le plan autobiographique, les deux textes ont chacun leur style d’écriture et Sylvain Maurice en a fait deux mises en scène bien différentes.

Dans l'Apprentissage, Vincent Dissez reste presque ancré, immobile par son corps et tout en retenue. Les mots sont hésitants et volubiles, à la fois. Se répétant, se bousculant sans cesse.

Dans Le Voyage à la Haye, la lumière se fait bien plus présente, l'humour et l'ironie également. La voix et les postures sont mises en avant de façon beaucoup plus explicite, presque en "état d'urgence".

"Je marche doucement sur le boulevard, à peine, un petit quart d’heure de rien, je ne sais rien faire, la lumière me blesse les yeux, je ne sais pas bien où aller, je ne m’éloigne pas de l’établissement, j’ai peur de me perdre, toujours la même histoire, un imbécile ou un pauvre petit vieillard, devenu vieillard sans qu’il le sache.

J’achète des cerises. Elles sont difficiles à manger, je ne suis pas certain qu’elles soient bonnes et parce que j’ai peur que les voitures ne me heurtent et ne m’écrasent, je tiens serré le petit sac de papier et je retourne les manger dans ma chambre." L'Apprentissage

Ce spectacle est un choc. Par ce qu'il raconte, bien sûr, et pour la résonance émotionnelle que ça nous apporte. Par la situation épidémique actuelle et les connexions évidentes avec le SIDA. Par la mise en scène subtile et intelligente de Sylvain Maurice. Par la force, la puissance et les nuances très émouvantes de Vincent Dissez

Un jour, je reviendrai

Composé de L’Apprentissage suivi du Voyage à La Haye de Jean-luc lagarce

Mise en scène Sylvain Maurice

Avec Vincent Dissez

Assistanat à la mise en scène Béatrice Vincent

Scénographie Sylvain Maurice en collaboration avec André Neri

Costumes Marie la Rocca

Lumière Rodolphe Martin

Son et régie Cyrille Lebourgeois

L’Apprentissage et Le Voyage à La Haye sont publiés aux Solitaires Intempestifs



Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–Centre dramatique national

Place Jacques-Brel 78505 Sartrouville

Mercredi 21 octobre, jeudi 22 octobre et vendredi 23 octobre à 18h



Posts récents

Voir tout