google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

Elle rêvait d'une ferme en Afrique

Février 1959. Un producteur hollywoodien et sa comédienne rencontrent pour la première fois Isak Dinesen, de son vrai nom Baronne Karen von Blixen-Finecke. Il cherche à obtenir son soutien pour son nouveau projet : une adaptation théâtrale du livre de la Baronne, Une ferme en Afrique.

Un chassé-croisé théâtral entre le monde d’Hollywood et la réalité d’une ferme en Afrique

La pièce, enchâssée dans une interview de Karen Blixen par un journaliste va enchaîner les flash-backs où vont se mêler, le passé et le présent.

Karen Blixen se dédouble, le mari et le producteur ne font qu’un, les lumières se tamisent, les sons changent et trois lieux distincts apparaissent : le restaurant new-yorkais, la ferme africaine et la scène vide d'un théâtre de Broadway.


La transmission, la maladie, l’aventure de la vie

Cette rencontre en forme de chassé-croisé théâtral, va devenir celle de deux mondes qui ne font qu’un, la fiction et la réalité. Une exploration qui va nous entraîner à la découverte de la vie intime et émotionnelle de Karen Blixen et mettre en exergue les différences entre l’être et le paraître.


 

Elle rêvait d’une ferme en Afrique est une pièce étonnante qui cache, sous une comédie romantique, un spectacle bien plus complexe à la rencontre d’une personnalité atypique et forte. Avis de Foudart 🅵🅵


 

ELLE RÊVAIT D’UNE FERME EN AFRIQUE

Un spectacle de René Fix, inspiré de Out to Africa de Karen Blixen

Mise en scène de Claudia Morin

Avec Claudia Morin Shelley, Julie Timmerman, Philippe Caulier, Clément Camara

Collaboration artistique René Fix

Scénographie Pascale Stih

Conception lumière Philippe Sazerat

Costumes Dominique Rocher

Effets sonores René Fix


Théâtre de l’Essaïon

6 Rue Pierre au Lard, 75004


Du 30 janvier au 22 mars 2022

Dimanche à 18h, lundi et mardi à 21h




 


EN SAVOIR PLUS…


Karen BLIXEN (1885/1962)

La baronne Karen von Blixen-Finecke, née Karen Christentze Dinesen, est une femme de lettres danoise

Elle est la fille de l'écrivain Wilhelm Dinesen (1845-1895). En 1895, atteint d'une syphilis non soignée, son père se suicide. Elle fait ses études à l'Académie royale des beaux-arts du Danemark de Copenhague, puis des études d'art à Paris et à Rome

En 1914, elle épouse le baron Bror von Blixen-Finecke (1886-1946). Le jeune couple s'installe en Afrique, au Kenya où il achète une plantation de café, grâce à un important investissement financier de la famille de Karen. Peu après, Karen apprend qu'elle a contracté la syphilis (son mari volage la lui transmet). Cette maladie lui vaut des séjours prolongés en Europe afin de se faire soigner. En 1918, elle fait la connaissance du pilote anglais Denys Finch Hatton (1887- 1931). Il s'installe à la ferme de Karen, séparée de son mari. Il devient le grand amour de sa vie et l'encourage à écrire. En 1931, il la quitte pour l'aviatrice britannique Beryl Markham, puis meurt dans un accident d'avion. Elle prend les rênes de la ferme, aidée par son frère, Thomas Dinesen, de 1918 à 1923. Karen Blixen et son mari divorcent en 1925, mais restent en bons termes. En 1931, elle est ruinée et quitte l’Afrique pour ne plus jamais y revenir. De mauvaises conditions météorologiques plusieurs années de suite et la crise économique mondiale l'ont contrainte à vendre sa ferme. De retour au Danemark, elle se consacre à l'écriture.

Après de nombreux refus, ses Sept contes gothiques (Syv fantastiske Fortællinger) sont enfin acceptés en 1934 par un éditeur américain. Karen Blixen décide de les publier sous le pseudonyme d'Isak Dinesen.

La Ferme africaine (Den afrikanske Farm) dont est tiré le film Out of Africa (1985) sort en 1937. Au début de la Seconde Guerre mondiale, elle écrit régulièrement sur la guerre. Elle publie Les Contes d'hiver (Vinter-Eventyr) en 1942. En 1958, elle publie le recueil Anecdotes du destin (Skæbne- Anekdoter), comprenant notamment Le Festin de Babette, porté à l'écran en 1987. Le film a obtenu l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1988.

Sous son nom ou sous les pseudonymes de Osceola, Isak Dinesen et Pierre Andrézel, on lui doit plusieurs ouvrages. Connaissant de graves problèmes de santé, elle subit deux opérations et finit sa vie invalide. Elle a écrit jusqu'à sa mort, à l'âge de 77 ans.




20 vues0 commentaire

Comments


foudart_logo_edited.png
bottom of page