google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 
  • Bonfils FrĂ©dĂ©ric

đŸ…”đŸ…”đŸ…”đŸ…”ANECKXANDER. Une autobiographie tragique du corps

ANECKXANDER est un solo Ă©purĂ©. Une nuque Ă  rallonge, un surnom qui lui colle Ă  la peau, quelques objets choisis avec soin et trois variations d’un morceau de piano d’Arvo PĂ€rt. DrĂŽle ou tragique ? Alexander/Aneckxander rĂ©Ă©crit l’autobiographie de son propre corps en l'identifiant alternativement comme sujet, objet ou matiĂšre. Le rĂ©sultat est un autoportrait cru dans lequel le corps Ă  la fois se dĂ©nude et tente d’échapper au regard de ceux qui le regardent.


Cette performance m’est venue il y a un moment, lorsqu’un danseur m’a dit que j’avais un long cou. Je ne le connaissais pas. Lui, en revanche, savait qui j’étais et connaissait mĂȘme mon nom. Il rigolait en m’appelant Aneckxander au lieu de Alexander (cou = Neck en anglais). J’étais surpris qu’il ose railler quelqu’un qu’il ne connaissait pas. Cet incident m’a incitĂ© Ă  analyser mon corps. J’avais compris bien avant cela qu’il y avait quelque chose qui clochait dans mes proportions, mais je n’avais jamais rĂ©ussi Ă  identifier le “problĂšme”. Je me suis mis Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  la maniĂšre dont mon corps est construit et indirectement Ă  la perception conventionnelle du corps. Alexander

Alexander Vantournhout, a créé ce spectacle avec la dramaturge du cirque Bauke Lievens, avec pour sous-titre Une autobiographie tragique du corps. Il pourrait également s'appeler l'autoportrait d'un danseur.


En effectuant, sans cesse, les mĂȘmes mouvements sur la mĂȘme musique, Alexander repousse les limites. Il utilise son corps, comme un outil et montre l'acharnement, l'obsession du danseur.


Ce magnifique corps, torturĂ©, fragilisĂ© au nom de la danse se transforme peu Ă  peu en une sorte de machine trĂšs animale oĂč chaque pore, chaque poil semble vibrer et ĂȘtre vivant.


La nudité devient alors un atout de pureté, de simplicité et apporte encore beaucoup d'émotion tandis que les quelques ajouts, comme les gants ou les plateforme boots, contraignent et mettent en évidence les fragilités corporelles.


Aneckxander prend forme Ă  travers les gestes et mouvements de son corps. L(es) ’identitĂ©(s) du personnage est/sont Ă©tablie(s) par le corps qui se trouve devant un public. C’est ce corps qui distingue le personnage de l’Autre, le public; c’est aussi Ă  partir de ce corps que l’Autre construit l’identitĂ© du personnage qu’il regarde, et par son regard, le rĂ©duit Ă  quelques caractĂ©ristiques physiques.


Alexander Vantournhout, joue avec son corps, mais aussi avec le public. Avec son regard malicieux et souriant, il nous interpelle et créé le lien.

ApparaĂźt alors une autobiographie tragique du corps qui se concentre sur des situations de fragilitĂ© et de solitude comme la douleur physique et l’obsession (Ă©motions indĂ©pendantes de l’Autre).


Les talents d'Alexander Vantournhout et Bauke Lievens s'additionnent pour donner une performance unique, un spectacle délicat aux sensations brutes et harmonieuses.

ANECKXANDER Alexander Vantournhout et Bauke Lievens

Dans le cadre du festival Les Singulier·e·s

Durée indicative : 1h Crédit photos © Bart Grietens


PRIX

ANECKXANDER Ă©tait laurĂ©at de CircusNext 2014, dispositif d'accompagnement europĂ©en, vers l’émergence d’une nouvelle gĂ©nĂ©ration d’auteurs de cirque en Europe. Pendant l’étĂ© de 2015, il a gagnĂ© le prix du public et KBC-TAZ prix (10.000,-- a TAZ (Theater aan Zee, Ostende). RĂ©cemment ANECKXANDER fait parti du shortlist des jeunes chorĂ©graphes de Aerowaves 2016







36 vues0 commentaire