google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Blue Bayou

Dernière mise à jour : 14 sept. 2021

Avis de Foudart 🅵

Antonio LeBlanc, d’origine américano-coréenne, a été adopté et a passé sa vie dans un petit village du Bayou de Louisiane. Aujourd’hui marié à la femme de sa vie, Katy, ils élèvent ensemble Jessie, la fille de cette dernière, issue d’un premier lit. Alors qu’il travaille dur pour offrir ce qu’il y a de meilleur à sa famille, il va devoir affronter les fantômes de son passé en apprenant qu’il risque d’être expulsé du seul pays qu’il ait jamais considéré comme le sien.

L’absurdité d’un système

Les enfants américains qui ont bénéficié d’une adoption sont aussi sujets à des procédures d’expulsion du territoire, s’ils n’ont pas bénéficié d’une naturalisation en bonne et due forme. Ce vide juridique met alors ces enfants devenus adultes dans une situation incroyable et ils peuvent, d’un jour à l’autre, à la suite d’une vulgaire interpellation par la police, faire l’objet d’une reconduite à la frontière.

Blue Bayou est le premier film de Justin Chon présenté dans le cadre d’un Certain Regard lors du dernier festival de Cannes et en compétition au Festival de Deauville. Il a le mérite, non négligeable, de dénoncer une absurdité méconnue du système d’adoption aux États-Unis, pouvant conduire à l’expulsion du pays.

Le film bénéficie de beaux moments vraiment attachants, d’une jolie lumière et d’un cadre nerveux

Justin Chon, particulièrement impliqué dans son film, livre un belle interprétation, mais les élans mélodramatiques de plus en plus poussés, les nombreux « effets » cinématographiques et les incohérences de scénario font sombrer Blue Bayou, un film qui paraît interminable, dans une mêlasse de sentiments indigestes.