google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

Théâtre du Châtelet : 42nd Street

Quel spectacle !


Des cuivres qui swinguent, des pieds qui tapent et des voix qui claquent…

Voilà le cocktail détonnant et effervescent qui nous attend au théâtre du Châtelet.


Crédits photo : Thomas Amouroux

Histoire de conjurer le sort et les vicissitudes épidémiques

Le chorégraphe-metteur en scène Stephen Mear et le chef d’orchestre Gareth Valentine, les deux créateurs du merveilleux Singin’ in the Rain en 2015 reprennent, au Châtelet, leur sublime spectacle, hommage au "musical" des années 30, 42nd Street, dans sa version de 2016… est le résultat est époustouflant !


42nd street c’est le New York des années 30. Les gens veulent s’amuser à nouveau dans L’Amérique d'après la Grande Dépression. Julian Marsh, un célèbre metteur en scène du passé tente de monter la comédie musicale Pretty Lady, mais on lui impose la grande Dorothy Brock qui ne sait pas danser. Le jour de l'audition, Peggy Sawyer, une jeune artiste rêveuse et les yeux pleins d'étoiles débarque de sa petite ville natale...


Claquettes, swing, comédie

Dès le lever du rideau… iconique ! Nous allons découvrir des dizaines de pieds dansants, tapotants, effervescents... et jusqu’à la dernière seconde, deux heures plus tard, nous aurons vu plus 200 paires de chaussures, 300 costumes, des paillettes, des strass... en 16 tableaux différents d’une très grande fluidité.


Avec sa troupe volontairement - et relativement - resserrée, Stephen Mear a su rendre plus humain et attachant cette comédie musicale démesurée.

Il y a tant d’extravagance sur scène, de danseurs(ses), chanteurs(ses), comédiens(nes) - plus de 45 que la grande scène du Châtelet paraîtrait presque, toute petite.


Crédits photo : Thomas Amouroux

Ici, la danse reigne en maître, mais la comédie n’est pas en reste

Dans ce backstage musical, aux décors des années 30, le spectacle dans le spectacle qui nous enchante toujours, la troupe anglophone est éblouissante de professionnalisme et de synchronisation. Tout est en place, des chorégraphies à la musique, des harmonies aux mouvements. C'est même bluffant de voir à quel point les pas sont si précis et si coordonnés.


Crédits photo : Thomas Amouroux

« Tu entres en scène comme apprentie, tu dois en ressortir en star ! » Julian Marsh à Peggy Sawyer


Dans une musique Jazzy et entraînante jouée en live par plus de 20 musiciens. Ce spectacle nous réserve du suspense, du comique, de la grâce et de la danse... beaucoup de danse ! Les claquettes sont si tonitruantes qu'elles en deviennent un instrument à part entière.


Un jeu d’acteurs bluffant

Avec en tête, la pétillante Emily Langham en Peggy Sawyer et sa maitrise du souffle incroyable, Jack North en Billy Lawlor, Avec sa souplesse et sa légèreté déconcertante, Rachel Stanley en Dorothy Brock et sa voix veloutée, Cedric Neal et Annette McLaughlin qui nous font rire aux éclats et Alex Hanson, en véritable crooner qui nous offre une scène finale de toute beauté, ainsi que Jess Buckby, une prestation sans faille.


Crédits photo : Thomas Amouroux

Crédits photo : Thomas Amouroux

Crédits photo : Thomas Amouroux

 

42nd street est assurément, un immense spectacle une réussite géniale, éblouissante et légendaaaire ! Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵


 


42ND STREET

Une comédie musicale d’Harry Warren, Al Dubin, Michael Stewart et Mark Bramble

Mise en scène & chorégraphie Stephen Mear

Direction musicale Gareth Valentine

Décors & costumes Peter McKintosh

Production Théâtre du Châtelet

Avec dans les rôles titres Alex Hanson, Rachel Stanley, Emily Langham, Jack North, Annette McLaughlin, Cedric Neal et son ensemble de plus de quarante danseur et danseuse

Crédits photo Thomas Amouroux


Théâtre du Châtelet

Un spectacle créé au Châtelet lors de la saison 2016-2017

Du 7 décembre 2022 au 15 janvier 2023

Du mardi au dimanche à 20h • les samedis et dimanches à 15h • En anglais surtitré en français • Durée 2h45 avec entracte






Posts similaires

Voir tout

Comments


foudart_logo_edited.png
bottom of page