google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Une Nuit à travers la neige

Hiver 1690.

Un hiver si froid qu’on a pu allumer un grand feu sur la Tamise glacée et y faire cuire un bœuf.

Au crépuscule d’un soir de janvier, un enfant pieds nus est abandonné dans une crique entourée de landes désertes.

Il marche toute la nuit, traversant neige et tempête...


Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵

Dans un espace totalement nu et noir, Ariane Pawin, seule en scène, conte et raconte les mots d’Hugo.

Par une approche émotionnelle, je cherche à susciter curiosité et désir pour l’œuvre, à faire entrer le spectateur dans la chair de l’univers d’Hugo. Ariane Pawin

Une approche de la littérature par le récit oral

Avec de vrais parti pris, comme par exemple, celui de préserver le mystère sur l’abandon de l’enfant ou la nature de la personne qui finira par l’accueillir, elle nous plonge au cœur du roman L’Homme qui rit, presque abruptement. Elle nous fait goûter au délice de l’écriture, à la sensation unique, sensorielle et imaginative de la lecture.

Le froid, la peur, l'épuisement

Ce spectacle, d’une grande délicatesse, nous fait ressentir toutes les émotions de cet enfant tout en nous connectant à notre propre enfance et, sans même nous en rendre compte, progressivement, on se blottit contre son siège.

L’objectif est de reconstituer, par le biais de la narration, cette bulle qui se crée lorsque l’on lit, cette projection vers un monde qui se déplie, un imaginaire foisonnant. Ariane Pawin

Enveloppée par une lumière tout en suggestion, avec un visage ultra expressif et une très belle voix grave, Ariane Pawin est sombre, par moments, d’autres fois lumineuse et taquine.

Elle réalise une prestation tout en oscillation et contraste qui passe de la lenteur à l’effervescence, du conte à l’anecdote, de l’émotion à l’humour.


J’avais envie que cette boîte noire, cet écrin devienne un espace poétique et cré une expérience imaginaire. Le plateau devenant un espace de projection mental. Ariane Pawin
 

Une Nuit à travers la neige

D’après L’Homme qui rit de Victor Hugo

Création et narration Ariane Pawin

Mise en scène et création lumière Marien Tillet Création sonore Alban Guillemot

Création costume Aude Désigaux

Regard chorégraphique Célia Chauvière

Régie Simon Denis

Crédits photos Niki Velissaropoulou

Tout public à partir de 14 ans. Durée du spectacle 1H


Théâtre les Dechargeurs

Du 3 au 26 octobre

Du dimanche au mardi à 21h