google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Bérénice

Amour amer


« Vous êtes empereur, seigneur et vous pleurez ». Carole bouquet, l’impériale, revient, en a peine dix ans, une nouvelle fois à Racine. Après Phèdre, mis en scène par Jacques Weber en 2002 et Bérénice par Lambert Wilson en 2008, c’est au tour de Muriel Mayette Holtz de la sublimer avec ce grand rôle du répertoire.


Et le pari est superbement réussi !

Titus et Bérénice sont amoureux de longue date. Mais dès qu’il monte sur le trône, Titus comprend que Rome n’acceptera jamais une reine étrangère pour régner à ses côtés. Il doit, alors, choisir entre amour et pouvoir.


« Racine propose une caresse brutale de mots échangés »

Dans un magnifique décor bleu-saumoné, très stylisé, presque métaphysique qui fait penser à un tableau d’Edward Hopper, maître du réalisme américain.


Tout comme un film de Win Wenders

où l’ombre devient aussi importante que son vis-à-vis la lumière et, où la musique omniprésente, devient narration, les personnages esseulés, sont furieusement mélancoliques.


« Mettre en scène la pièce signifie chercher dans l’indicible et ne pas se perdre en musique, tout en étant mélodieux » Muriel Mayette-Holtz


 

Dans ce Bérénice, à la fois nostalgique et cinématographique, Carole Bouquet forme avec Frédéric de Goldfiem un superbe duo aussi subtil que délicat. Les mots sont parfois susurrés, l’émotion est sublimée et le propos devient furieusement moderne. Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵



 


BÉRÉNICE

Mise en scène Muriel Mayette-Holtz

Avec Carole Bouquet, Frédéric de Goldfiem, Jacky Ido, Augustin Bouchacourt et Ève Pereur

Décor et costumes Rudy Sabounghi

Musique original Cyril Giroux

Photos (c) Sophie Boulet, ©Virginie Lançon

LA SCALA PARIS

Du 15 septembre au 12 octobre

Du mardi au samedi à 21h15 Le dimanche à 17h30 • Durée 1h25