google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Le Tartuffe ou l’Imposteur

Qui est donc le parasite de l’autre ?

Orgon est un bourgeois fortuné et charitable qui recueille Tartuffe, un soi-disant homme d'Église qu'il admire. Mais ce séducteur invétéré, n'est qu'un imposteur qui n'en veut qu'à la fortune de son hôte, lequel se laisse piteusement tromper et abuser.


À l’occasion des 400 ans de Molière, Yves Beaunesne, rend un bel hommage audacieux en plongeant son Tartuffe, plein d’ambiguïtés, dans les « Trente glorieuses ».


Les années avant 1968, où une certaine liberté gagnait la jeunesse, où le besoin de vivre était ardent, où la société regorgeait “d’Orgon”, les représentants d’un milieu où l’argent coulait à flot.


Cette idée, faisant un parallèle entre les années 1960 et le XVIIe siècle, permet de se rapprocher autant que de se tenir à distance, et apporte une lecture très rafraîchissante et instructive de ce chef-d’œuvre.

Je ne voulais surtout pas retomber dans le débat de savoir si la pièce était catholique ou anti-catholique et la seule chose qui me préoccupait était de donner des traits et des zébrures au personnage. Yves Beaunesne

« Laissons au verbe toute latitude pour s’inventer tout seul dans l’esprit et le cœur du spectateur. »

Laissons nous, alors, nous demander qui est vraiment le parasite de l’autre et essayons de comprendre ce qui pousse une ou plusieurs vies sur des chemins inattendus, parfois funestes, parfois salvateurs.

Contrairement à ce que l’on nous dit depuis des siècles, Tartuffe, ce faux dévot qui s'immisce dans cette famille bourgeoise, n’est plus, ici, un homme fourbe qui veut dépouiller une famille de ses biens, mais un personnage fascinant et séduisant.


Nous prenons, alors ainsi, un peu le camp de Madame Pernelle - La mère d’Orgon qui dit : « La meilleure chose qu’ait faites mon fils est de laisser Tartuffe entrer dans sa maison. »


Pour moi, il ne ment pas, il dit sa vérité toute crue aux membres de cette famille. Tartuffe est un homme qui a la foi et dont la pensée est honnête. Il essaye de résister au mal, sans se prendre pour autant pour une incarnation du bien. Yves Beaunesne

Peut être que Tartuffe apporte un vent d’air frais à cette famille et, peut-être, même, que sa parole, fondamentalement humaniste, est-elle une irruption d’authenticité dans des vies qui en sont dépourvues.


Tartuffe est une comédie qui vire au drame par l’impossibilité de deux mondes à vivre ensembles.


Avec un décor incroyable et immense, où tout nous est présenté en même temps : la cuisine, le bureau, la chambre de Marianne, le petit salon la salle de billard et la chapelle, la circulation et le jeu sont d’une grande fluidité et les

actes s’enchaînent extrêmement vite.

Nicolas Avinée, merveilleux et séduisant, est entouré par une troupe de comédiens chantants et rock : Jean-Michel Balthazar est éblouissant dans le rôle d’Orgon, Noémie Gantier est drôle, Johanna Bonnet, pleine de charme et Victoria Lewuillon est formidable, complexe et profondément moderne.


Un pari fou. Une vraie réussite !

Le Tartuffe d’Yves Beaunesne est une très belle lecture théâtrale, un vrai pari qui pourrait surprendre et étonner, mais surtout, une grande réussite qui permet d’avoir une nouvelle vision de ce chef d’oeuvre classique intemporel. Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵



 

Le Tartuffe ou l’Imposteur

De Molière

Mise en scène Yves Beaunesne Avec Nicolas Avinée, Noémie Gantier, Jean-Michel Balthazar, Vincent Minne, Johanna Bonnet, Léonard Berthet-Rivière, Victoria Lewuillon, Benjamin Gazzeri-Guillet, Maria-Leena Junker, Maximin Marchand, Hughes Maréchal

Scénographie Damien Caille-Perret

Lumières César Godefroy

Création musicale Camille Rocailleux

Costumes Jean-Daniel Vuillermoz

Photo © GuyDelahaye