google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 
  • Bonfils FrĂ©dĂ©ric

DĂ©sordres. Manufacture des Abbesses

Mis Ă  jour : mars 31

Avis de Foudart đŸ…”đŸ…”đŸ…”đŸ…”

Sarah et Thomas, deux quarantenaires actifs, motivĂ©s, forment un couple que l’on pourrait qualifier de rĂ©ussi . Mais une image peut-elle rĂ©sister aux Ă©preuves ? DĂ©sordres, c’est la vie. C’est le rĂ©cit de cette confrontation Ă  l’autre, aux regards extĂ©rieurs, mais surtout Ă  soi-mĂȘme.

Désordres nous plonge dans un conte contemporain , loin de tout héroïsme, un conte qui cherche à écrire sa propre histoire .

DĂ©sordres est une piĂšce passionnante et originale.


Avec un rythme soutenu, en alternant des passages narratifs, d’autres dialoguĂ©s et des scĂšnes qui se prĂ©sentent comme des flashs, la piĂšce nous plonge directement dans les pensĂ©es intimes de ce couple en pleine crise.

« Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-mĂȘme finit par arriver de l’extĂ©rieur comme un destin » (C.J. Jung).


Chaque scĂšne correspond Ă  un morceau de mĂ©moire arrachĂ©, rejouĂ©, encore brut, tantĂŽt lĂ©ger et drĂŽle, tendre et amoureux. Ces morceaux marquent des points imaginaires sur la ligne du temps que le spectateur reliera peut-ĂȘtre au fur et Ă  mesure. Sans aucun jugement de part et d’autre, ni caricature, DĂ©sordres montre trĂšs bien les diffĂ©rentes façons de penser, de ressentir et de communiquer au sein d’un couple entre un homme et une femme.

En plaçant le curseur sur les quarantenaires, l’autrice Yamina Hadjaoui a eu une trĂšs bonne idĂ©e, assez peu utilisĂ©e au thĂ©Ăątre. La conjoncture sociale et familiale apportant, en effet, des problĂ©matiques diffĂ©rentes, mais passionnantes de ceux des trentenaires.

Son Ă©criture incisive et acĂ©rĂ©e apporte l'urgence et reflĂšte parfaitement Ă  la fois l’air du temps, mais aussi l’intimitĂ© du couple tout en nous laissant prĂ©sager la survenue du drame. Cet instant de violence mentale, ce point de bascule, ce moment oĂč les mots vont trop loin et brisent quelque chose chez l’autre et chez soi


DĂ©sordres. LE REFLET DE SOI À L’AUTRE.

DĂšs lors le couple, le « nous », laisse place au « je » et Ă  une lutte pour la domination de l’autre.

Une lutte insidieuse, sans doute partiellement inconsciente, une lutte au cours de laquelle chacun des deux combattants, pense ĂȘtre en train de se dĂ©fendre alors qu’il dĂ©truit.


DÉSORDRES EST UN TERRAIN DE JEU IDÉAL. Une piĂšce trĂšs exigeante envers les acteurs. C’est un investissement total pour passer en un minimum de temps d’un Ă©tat et d’une situation plus ou moins extrĂȘme Ă  une autre et ce, en Ă©tant privĂ© de la suite des Ă©vĂ©nements, ceux-lĂ  mĂȘmes qui les ont amenĂ©s Ă  cet endroit.

Oriane Blin et Boris Khalvadjian sont deux comĂ©diens si investis que l'on pourrait imaginer qu'ils soient en train de nous livrer leur propre histoire. On s'attache Ă  ce couple. On est effrayĂ© pour ce couple ou mĂȘme dĂ©sabusĂ©.

Oriane Blin et Boris Khalvadjian rĂ©alisent un vĂ©ritable challenge. Celui de changer trĂšs rapidement d'Ă©motions tout en nous faisant ressentir des parts de nous-mĂȘme.

DÉSORDRE

De Yamina Hadjaoui Mise en scĂšne Swan Demarsan

Avec Oriane Blin et Boris Khalvadjian

Mise en espace Audrey Evalaum Marquis

Costumes Chouchane Abello-Tcherpachian

Création lumiÚres Gaston Duchez

Création sonore Damien Aubry

Photographies Swan Demarsan


Théùtre de la Manufacture des Abbesses

7 rue VĂ©ron 75018 Paris

Du 27 août au 11 octobre 2020

Du jeudi au Samedi Ă  21h. Les dimanches Ă  17h.

Durée : 1h05


affiche piece désordres


En savoir plus...

MUSIQUE

L’univers sonore de la piĂšce doit solliciter l’imaginaire du spectateur, nous utiliserons le son (effets, bruitages et musique) comme un puissant vecteur de lieux, d’émotions et de souvenirs.

Pas de paraphrase, un endroit, un moment en un instant.

Nous souhaitons créer une véritable partition sonore pour traiter le quotidien des vies contemporaines, fantasmées ou non.

La musique racontera aussi dans un deuxiĂšme traitement sa vision Ă  elle de l’évolution des personnages. Du swing amoureux oĂč l’orchestre et la voix humaine gĂ©nĂšrent l’émotion par la performance, Ă  l’électro dont les vibrations rĂ©sonnent physiquement dans les corps...

Références musicales : « Violence »

(B. Khalvadjian)

« Feeling good »

(Michael Bubblé)

https://www.deezer.com/ track/4368116

« Feeling good »

(Nina Simone)

https://www.deezer.com/ track/2285125

« Jimmy »

(Moriarty)

https://www.deezer.com/ track/92216462

« Wasting my young years »

(London Grammar)

https://www.deezer.com/ track/604283342


Posts récents

Voir tout