google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

Ex Machina - Un Voyage à travers le Genre, le Pouvoir et la Domination

Le terme "Deus ex machina", d'origine latine, désignait initialement une technique théâtrale où un dieu, introduit par une machinerie telle qu'une grue, résolvait soudainement des dilemmes scénaristiques complexes. Dans son spectacle "Ex Machina", Carole Thibaut réinterprète et détourne cette idée pour aborder la domination patriarcale, qu'elle considère comme une empreinte indélébile, semblable à une plaque de fer rouillée sur l'âme, source d'inégalités et responsable de la création de "monstres" dès la naissance.


Puisant dans ses expériences personnelles au sein d'une famille traditionnelle et dans sa carrière artistique, y compris en tant que directrice d'institution, elle entrelace le personnel et le politique, le réel et le poétique, tout en questionnant les notions de genre et de pouvoir.

"Ex Machina" est également une continuation de ses œuvres antérieures comme "Longwy Texas" et "Fantaisies", approfondissant l'exploration de ces thèmes complexes.


Reconnue pour son engagement envers l'égalité des sexes, Thibaut utilise donc son art pour défier la domination masculine et célébrer l'émancipation. Son œuvre, 'Ex Machina', illustre ici sa quête pour trouver sa propre voix dans un monde inégalitaire et offre une exploration profonde et bouleversante de l'oppression patriarcale, du genre et de la domination masculine.


Un kaléidoscope de formes d'expression, mêlant théâtre, danse, musique, arts numériques, conférence, stand-up, récit et cérémonie

'Ex Machina' semble débuter comme un cabaret mais se métamorphose rapidement en un spectacle captivant et déstabilisant. Il se distingue par une scène riche en symbolismes, dominée par une baignoire chromée et un immense rideau rouge, évoquant le sang et les habits d'apparat. Sur le corps à demi-nu de l'actrice, des images sont projetées, tandis que sa voix se transforme sous l'effet de filtres vocaux. La musique, d'abord discrète, devient progressivement un élément clé de la narration. Un moment dramatique survient lorsque le rideau se décroche partiellement, dévoilant un fond anthracite où se succèdent vidéos et photos. Le spectacle, commençant par une représentation stéréotypée de la féminité, bascule alors vers des performances plus abstraites, radicales, authentiques et rythmées.


Au-delà de sa carrière de directrice du Théâtre des Îlets, Carole Thibaut a créé des liens entre l'art et les communautés locales. "Ex Machina" reflète cette richesse d'expériences, offrant des réflexions profondément personnelles mais qui résonnent universellement quand elle parle de l'oppression patriarcale.


"Ex Machina", un spectacle audacieux et éblouissant

Un spectacle qui fusionne l'intime et l'universel, remettant en question les normes et les structures de pouvoir.


 

Dans une démarche puissante et directe, Thibaut se dresse contre la domination masculine avec ce solo captivant et, peut-être, sans même s’en rendre compte, elle rend un hommage vibrant à ceux qui luttent contre l'oppression. Sa prestation unique alliant stand-up, drame et même cabaret, offre une expérience riche et variée. Bien que parfois fragmenté en thèmes et formes, le spectacle est unifié par la passion, le sens du spectacle et l'énergie contagieuse de Carole Thibaut, captivant l'audience dans sa quête de liberté et d'égalité. Un spectacle unique qui ne ressemble à aucun autre et qu’il faut voir absolument ! Avis de Foudart 🅵🅵🅵


 

EX MACHINA

Texte, mise en scène et jeu Carole Thibaut

Création lumière Yoann Tivoli • Création sonore Karine Dumont • Création vidéo Benoît Lahoz • Création costumes Malaury Flamand • Crédit photo © Héloïse Faure


Les Plateaux sauvages

Du 27 novembre 2023  au 2 décembre 2023  • Du lundi au vendredi à 20h • Le samedi à 18h • Durée 1h15 • À partir de 15 ans


L'image représente une affiche promotionnelle pour un spectacle intitulé "Ex Machina". Elle met en scène une personne portant un costume élaboré comprenant une robe rouge et dorée, qui regarde intensément le spectateur. Le costume suggère un thème royal ou théâtral. La personne fait également un geste offensant avec sa main, communément interprété comme un signe d'irrespect dans de nombreuses cultures. En bas de l'image, des chaussures ont été retirées négligemment et posées de côté. La conception de l'affiche est audacieuse et frappante, visant à attirer l'attention et probablement à provoquer la réflexion ou la controverse.



 

Tournée 23/24

TNP de Villeubanne – CDN • Du 30 janvier au 3 février 2024

foudart_logo_edited.png
bottom of page