google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Fils de chien (manifeste autophage - I -)

Un jeune homme, parce qu’il a tout le temps faim, veut devenir un chien

Le Chien serait heureux s’il avait la chance de vous voir. Je pense à lui. Nous pensons tous à lui. Vous aussi vous pensez à lui, pour la simple raison que nous pensons par lui... Extrait

Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵 Fils de Chien, un texte en forme de monologue, a été publié en 1974.

Vladimir Slepian, un écrivain russe mystérieux de la fin du XXème siècle, vraisemblablement mort de faim à Paris en 1998, y met en scène un personnage qui, parce qu’il a tout le temps faim, veut devenir un chien.


Amour, fascination et chair humaine

Inspiré par la vie et l’œuvre de Vladimir Slepian, le temps d’une soirée, Bertrand de Roffignac, en un monsieur Loyal complètement foutraque, nous invite à retraverser les principaux événements de la vie du Chien, une figure mythique mi-homme mi-bête, parvenu à renverser les derniers tabous d’une société sur le déclin.

Il fallait pour la dramaturgie que la scénographie et l’univers sonore puissent atteindre une densité maximale. Théâtre de la Suspension

Fils de Chien (manifeste autophage - I -) est le premier volet d’un triptype imaginé par Bertrand de Roffignac. Un spectacle fou, un Trainspotting théâtral, aussi absurde qu’un becket et démesuré q