google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Fuir le fléau

Dernière mise à jour : 17 janv.

Entendre le Fléau, pour mieux le Fuir

En plein premier confinement, la metteuse en scène, Anne-Laure Liégeois a repensé à un désir vieux de 3 ans, où plusieurs auteurs contemporains parleraient de façon cathartique des fléaux ravageant leur pays, au même titre que dans le Decameron de Boccace (où des jeunes gens fuient l’horreur de la peste de Florence, en se racontant des histoires sur les collines environnantes de la ville).

Un désir refaisait surface

Anne-Laure Liégeois ravivait son idée avec bonheur et inventait « Fuir le Fléau ».

Avec une énergie proche du désespoir, elle s’est accrochée à son idée de toutes ses forces, s’y est impliquée totalement et fut même surprise de voir à quel point une chaîne d´amitié, de solidarité se mit en place si facilement.

C’est en entendant le 28 avril 2020, que les théâtres ne pourraient pas ouvrir de si tôt que le désir refaisait vraiment surface. Dans ma solitude, comptant chaque jour le nombre d’yeux que j’avais croisés dans la journée, j’inventais mon combat à mener. Un parcours permettant au spectateur de revenir en salle de théâtre, tout en répondant à toutes les contraintes sanitaires. Anne-Laure Liégeois

« MON CARNET DE JEU »

1 commande de texte de 10 minutes à 17 auteurs contemporains ‘‘Où l’on raconte une histoire sur ce que l’on fuit pour le fuir mieux.’’