google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Il n’y a pas de Ajar

Très active dans la communauté judaïque, Delphine Horvilleur, directrice de la revue de pensées juives Tenou’a et autrice de nombreux livres, écrit pour la première fois pour le théâtre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’y va pas de main morte !


Le premier suicide littéraire sans consentement

  • La voix de Bernard Pivot nous apprend le suicide de Romain Gary, ainsi que celui, simultané, d’Émile Ajar. Il nous apprend aussi que les deux auteurs célèbres étaient une seule et même personne.


ABRAHAM AJAR, INITIALES A.A.  L’enfant d’un auteur inventé

En soit, c’est déjà une sacrée révélation ! Mais ce n’est pas tout, car, seul sur scène, au fond d’une cave, un « trou juif » comme il l'appelle, un homme, Abraham Ajar se déclare être le fils de l’auteur fictif.


« Il n’est pas que juif, pas que musulman ou chrétien, pas que français, pas qu’homme ou femme. Tandis que nous étouffons sous les assignations communautaires, les obsessions identitaires, et tout ce qui nous enferme avec « les nôtres », il m’est soudain apparu qu’un homme détenait une clé pour nous faire penser ». Delphine Horvilleur se sert de ce postulat pour nous interpeler avec acidité et effervescence sur les métamorphoses du monde... et nous fait « rire du dogme, de nos obsessions identitaires et de nos certitudes ».


 

Rendez-vous en terre inconnue...

...dans la tête d’un homme qui n’a jamais existé ou…peut-être qui existe, mais dans toutes nos têtes.

Il est impossible d’avoir et de comprendre toutes les références littéraires, théologiques et politiques présentent dans ce spectacle, mais avec une langue belle, irrévérencieuse et acerbe, Delphine Horvilleur transcende nos limites.


Avec une créativité folle et Johanna Nizard, une comédienne exceptionnelle, ce spectacle est un des moments les plus forts et les plus intenses, de cette rentrée théâtrale. Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵


« Un bon traumatisme, ça s’imprime sur plusieurs générations. Ça dégouline sans gène. Mais s’il n’y avait pas eu la Shoah, on n’aurait jamais pu le savoir. On doit tant à l’Allemagne. »


 

IL N’Y A PAS DE AJAR

Texte Delphine Horvilleur (publié chez Grasset)

Mise en scène Arnaud Aldigé et Johanna Nizard

Avec Johanna Nizard

Credit © Pauline Le Goff


Festival Les Théâtrales Charles Dullin

Théâtre Romain Rolland

Villejuif

Du 29 novembre au 3 décembre 2022

20h30 le 29/11, 19h00 le 30/11, 20h30 le 1/12, 20h30 le 2/12, 19h00 le 3/12


Spectacle vu au plateaux sauvages

DURÉE ESTIMÉE 1H15






 

TOURNÉE

Théâtre de Suresnes Jean Vilar (92)