google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

J’ai toujours voulu faire bien

Au cœur du fléau de la violence conjugale

J’en suis revenue. J’en reviens. Je ne me serais pas tout à fait laissée mourir contre tes paumes. Extrait

Une femme se réveille amnésique sur un lit d’hôpital. Elle reconnaît le visage de l´homme à son chevet. Elle l’aime, mais ne se souvient de rien d’autre. Démarre sa lutte acharnée pour comprendre, retrouver ses proches, regagner sa liberté.


Après un long travail de recherches et de documentation, Claire Bosse-Platière a créée un spectacle entre documentaire et fiction, entre action immédiate et récit à trois personnages, tout en corps et émotion.

Ce qui est central dans mon travail de mise en scène, est la tension créée et maintenue entre l’acteur et le spectateur. Claire Bosse-Platière

Avec une scénographie particulièrement épurée, mais baignée de lumières passionnantes qui permettent un jeu d’apparitions et de disparitions proche de l’imaginaire ou du cauchemar et une musique de Victor Pavel, particulièrement envoûtante, J’ai toujours voulu faire bien est un spectacle choc qui parle d’horreur avec beaucoup de talent, de fougue et de créativité.

Les espaces sont également dessinés par la lumière. Ainsi nous passons d’une chambre d’hôpital à une ambulance, puis à la rue en bas de l’appartement, avant d’y monter etc. Claire Bosse-Platière

L’histoire est rude, le texte est rude, le jeu est rude et si ce spectacle laisse sans voix, chaos, il s´en dégage une grande beauté. Est ce la qualité inouïe de ce texte, l’interprétation habitée de ces trois jeunes comédiens ou l’intelligence générale de ce