google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

La Cerisaie

Le théâtre de Clement Hervieu-Léger se distingue par un respect profond et opiniâtre au sens. Il n'a aucune fausse pudeur concernant le théâtre classique. Éric Ruf

Un domaine au début du siècle ; l’aube d’un jour de mai : autour de la maison ancienne, une immense cerisaie en fleur. Après cinq ans d’absence, Lioubov Andreïevna rentre de France avec sa fille Ania. Les dettes se sont accumulées et une vente aux enchères aura lieu au mois d’août. Lopakhine, un fils de moujik devenu richissime, propose une solution : abattre la maison et les cerisiers, lotir le domaine et bâtir des datchas pour les louer à des estivants...


La Cerisaie est une analyse merveilleuse de Clément Hervieu-Léger qui s’est servi de tout son travail effectué avec Molière, Goldoni et même Jean-Luc Lagarce, pour se reprocher le plus possible de la simplicité, du naturel et de l’essence du chef d’œuvre de Tchekhov. Il en faire une lecture profondément juste en voyant une pièce de groupe qui convient parfaitement à la troupe de la Comédie Française.


À la recherche de la simplicité

Gorki écrivait à Tchekhov en 1900 « Sur ce sentier-là personne ne peut aller plus loin

que vous, personne ne peut écrire aussi simplement sur d’aussi simples choses. [...] Simple, c’est-à-dire vrai. »


Clément Hervieu-Léger

il m’apparaît nécessaire d’être simple, de respirer et de dire le texte de La Cerisaie sans en faire une langue rare, précieuse ni ampoulée et en prenant garde à ne pas tomber dans le naturalisme. Clément Hervieu-Léger

À la croisée des mondes qui passent

Ce spectacle est la conjonction des mondes. Le monde ancien qui passe inéluctablement au nouveau monde. Le temps qui passe du printemps à l’automne. L’humeur qui passe du badinage à la mélancolie. De la ballade française qui passe à la comédie russe.


La Cerisaie, le personnage principal

Contrairement aux autres pièces de Tchekhov, ici, le rôle principal est un lieu, La Cerisaie, un décor monumental et imposant en forme de gigantesque maison de poupée.

Entre lumière et crépuscule

Les couleurs changent passant du gris-vert au ocre et or. Une cloison s’ouvre. Une immense toile, nous transportant en pleine nature estivale, apparait, mais tout le spectacle tourne autour de la chambre d’enfant, le berceau de tous les souvenirs, de tous les secrets et de la nostalgie.

« Toute la Russie est notre cerisaie »

La Cerisaie nous oblige à faire avec nous-mêmes. Et je crois que cette Cerisaie est faite de beaucoup des miens et de tout ce que j'ai appris. Clément Hervieu-Léger
 

Entre fluidité et profondeur, entre comédie et drame, entre tradition et modernité, de la musique au décor en passant par la lumière et les costumes, tous les talents de la « maison » française se sont réunis pour faire de La Cerisaie, un spectacle grandiose, éblouissant et merveilleusement interprété.


 

La Cerisaie

d’Anton Tchekhov

traduction André Markowicz et Françoise Morvan

mise en scène Clément Hervieu-Léger

avec la troupe de la Comédie-Française

Michel Favory, Véronique Vella, Éric Génovèse, Florence Viala, Julie Sicard, Loïc Corbery, Nicolas Lormeau, Adeline d'Hermy, Jérémy Lopez, Sébastien Pouderoux, Anna Cervinka,

Rebecca Marder, Julien Frison

et les comédiens de l’académie de la Comédie-Française Vianney Arcel, Robin Azéma, Jérémy Berthoud, Héloïse Cholley, Fanny Jouffroy, Emma Laristan


COMÉDIE FRANÇAISE

13 NOV 21 > 6 FÉVR 22

Matinées à 14h, soirées à 20h30






maquette de scénographie

Champ de seigle d'Ivan Chichkine, 1878, Galerie Tretiakov

Costume de Lioubov / acte III

Posts similaires

Voir tout

Comments


foudart_logo_edited.png
bottom of page