google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

La femme qui ne vieillissait pas

Enfin ! La comédienne et autrice, Françoise Cadol, très active dans le doublage de films, dans l'animation et dans les voix off pour la télévision qui a présenté, au dernier festival off d’Avignon, Une Nuit avec Monsieur Teste qu’elle a écrit et mis en scène, s'installe à Paris, au Lucernaire, dès le 18 janvier, avec la très belle pièce, La femme qui ne vieillissait pas.


Betty a trente ans quand elle devient un modèle du grand projet photographique de Fabrice, Du temps. Depuis vingt ans déjà, il photographie des modèles chaque année, à date fixe. Les années se suivent, les photos se prennent, mais au bout du Temps, Betty a toujours trente ans.

La femme est si magnifique

Grégoire Delacourt s’est penché sur l’âge qui passe ou plutôt qui ne passe pas et rend un hommage poignant à la beauté des femmes.

Au moment où, à travers le monde, les femmes s’unissent enfin pour dénoncer les injustices dont elles sont victimes, La Femme qui ne vieillissait pas en délivre une autre : l’injonction qui leur est faite de rester jeune. Grégoire Delacourt

Ce spectacle est une pure merveille

Un peu un Horla au féminin, en plus doux et délicat, un bijou d’élégance tout en légèreté et émotions.


Un magnifique texte superbement adapté pour le théâtre, servi par une très belle lumière et une mise en scène parfaite.

Ce n’est pas une narration de l’explication mais un voyage du ressenti. Tristan Petitgirard

Françoise Cadol devient la représentation de toutes les femmes


« En allant murmurer à l’oreille de toutes ces femmes que vieillir est une chance » Françoise Cadol nous surprend et nous prend aux tripes. Elle survole la scène, elle rit, elle pleure, elle chante, elle danse et crie « La femme est si magnifique »

 

La femme qui ne vieillissait pas est un immense coup de cœur. Un spectacle à voir absolument. Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵


 


Interview de Francoise Cadol

Lors du Festival Off d'Avignon 2021


FRÉDÉRIC BONFILS. J'ai adoré ce spectacle. J'ai trouvé qu'il y avait une vraie délicatesse, une douceur, et même une certaine légèreté qui m'a vraiment troublé. Je voulais que vous me parliez de votre rencontre avec ce texte.

FRANÇOISE CADOL. Je fais des voix dans des documentaires, des livres audio. En fait, un jour, j'ai reçu un extrait de texte d'un directeur artistique avec lequel je n'avais encore jamais travaillé. Il voulait me faire passer des essais pour le livre audio.


« Ça m’a tout de suite interpellée »

J'ai lu le livre que j’ai adoré et j'ai demandé à Grégoire (Delacourt - NLDR) si je pouvais en avoir l'exclusivité pour une adaptation théâtrale, pour un seul en scène. Je trouve que ce qu'il a écrit est magnifique. J’ai coupé un peu le texte, je l’ai monté, j'ai mis des petits points, je l’ai adapté en mettant en premier plan le studio photo. Je me suis régalée en faisant cette adaptation. Ensuite Tristan Petitgirard a mis en scène le spectacle et tout s’est monté de façon très fluide et magique.


FB. Grégoire Delacourt vous a rendu un bel hommage en disant « vous êtes la femme parfaite pour interpréter ce rôle »… La femme est si magnifique !... Finalement, c'est un peu le sujet de ce spectacle.

FC. Tout à fait. J'ai une admiration sans bornes pour les femmes et je voulais vraiment défendre cette thématique sur l'acceptation de l'âge qui passe. Je voulais dire qu’avec le temps, les petites rides qui viennent sur les visages sont si belles, la femme est splendide.


FB. C'est très beau et c'est très bien écrit.

FC. Grégoire Delacourt pour écrire ce texte, s'est glissé dans la peau d'une femme. Il a mis en mots des sensations, des ressentis.


« Sur le visage, on voit la vie, les tempêtes, les alleluiah, les découragements, les joies de toutes les personnes ». C'est ça qui est magnifique.... et quand on le vit pleinement, quand on l'accepte pleinement, je pense qu'à ce à moment là, on n'a plus d'âge.


FB. Il y a quelque chose d'extrêmement doux dans la pièce, véritablement… en fait, c'est comme si vous veniez à notre oreille pour nous susurrer un secret. Mais dans cette pièce, il y a aussi un vrai suspense. On s'attend pas du tout à ce qui va se passer.

FC. Oui, à la fin, Grégoire Delacourt, a eu une idée géniale.


 

La femme qui ne vieillissait pas

D’après le roman de Grégoire Delacourt Adaptatrice théâtrale et interprète Françoise Cadol Metteur en scène Tristan Petitgirard Scénographie Pauline Gallot

Créateur lumières Denis Schlepp

Compositeur Romain Trouillet

Photos © Fabienne Rappeneau


Spectacle vu au Festival d'Avignon


LUCERNAIRE

À partir du 18 janvier 2023

Du mardi au samedi à 21h. dimanche à 17h30








Posts similaires

Voir tout

Comentarii


foudart_logo_edited.png
bottom of page