google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Marilyn, ma grand-mère et moi

Émotion et nostalgie

Avis de Foudart 🅵🅵🅵🅵

Marilyn, ma Grand-mère et moi, sous des airs de cabaret, met en scène une Actrice, accompagnée d’un Pianiste, qui sous prétexte de rendre hommage à Marilyn Monroe, entremêle le destin de la star et celui de sa Grand-mère, née la même année qu’elle. Dans un voyage entre Hollywood et Colmar, elle évoque le corps de la femme, de l’actrice, la maternité désirée ou non, la jeunesse qui s’éternise, et celle qui s’en va.

Dans ma chambre, j’avais un poster de Marilyn Monroe. Comme vous, non ? Celui où elle est assise en danseuse, pieds nus, elle sourit, elle a un grain de beauté au-dessus de la lèvre. Vous voyez ? J’avais lu dans Paris Match qu’à des centaines de millions de kilomètres de la Terre, entre les orbites de Mars et de Jupiter, gravitait un petit corps qui portait son nom : l’astéroïde 3768 Monroe. Ça m’avait sidérée cette renommée intergalactique. Extrait de Marylin, ma Grand-mère et moi

Céline Milliat Baumgartner nous parle des femmes, de toutes les femmes

Après les Bijoux de pacotille, déjà sur la famille et le souvenir, Céline Milliat Baumgartner convoque sur scène les fantômes de sa grand-mère et de Marylin et interroge la féminité d’aujourd’hui. La place à prendre, quand on est une femme dans le monde.


Sur scène, un cercle lumineux qui évoque une piste de cirque et nous transporte directement dans la poésie et la magie. Une armoire normande s’ouvre, comme un petit théâtre, à chaque fois sur un univers différent. La comédienne y extrait vêtements et accessoires, se métamorphose. Elle est elle et toutes les autres.