google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
  • Bonfils Frédéric

Tchekhov, l’intégrale au théâtre Studio d'Alfortville

Mis à jour : avr. 3


NOUVELLE INFORMATION :


Nous aurions dû commencer à répéter en MARS puis le confinement... Un temps de silence

MI-AOÛT sera le début de nos répétitions.

Nous aurions dû présenter tout le mois de NOVEMBRE (3-28) le travail EN L’ÉTAT, dans le chaos des répétitions à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet.

Et début DÉCEMBRE (1-4) jouer à la Maison de la Culture d’Amiens La Mouette, Oncle Vania, Trois sœurs, la Cerisaie...

S'il n'y a finalement pas de lever de rideau en 2020 nous continuons néanmoins de travailler !

À partir du 4 mars 2021 nous présenterons Tchekhov - 137 évanouissements au Théâtre-Studio...

La totalité des pièces au fur et à mesure

On tirera au sort la pièce jouée des week-end en intégralité toutes les pièces en alternance On projettera des films On lira des nouvelles ... NOUS VOUS ATTENDONS AVEC IMPATIENCE

Retrouvez toutes les informations sur le site dédié




Je suis tellement excité en vous annonçant cette nouvelle que je me sentirais presque défaillir. Ce ne serait qu’un évanouissement de plus parmi tous ceux que Christian Benedetti vous présentera pendant le mois de novembre à l’Athénée - Louis Jouvet.


Pourquoi 137 évanouissements ?

Et si ce n’était pas par hasard que Meyerhold avec sa troupe de comédiens,

montant trois farces de Tchekhov, compte 14 évanouissements dans Le jubilé,

8 dans L’Ours et 11 dans La Demande en mariage... Soit au total 33 Évanouissements...

Et si nous traversions l’œuvre toute entière à travers ces évanouissements?


Lorsque les combats sont durs et violents, que la censure étouffe, que la peur épuise, l’idée même de l’évanouissement soulage...


L’évanouissement n’est pas une maladie.

L’évanouissement est une arme de combat.

L’évanouissement est le seul moyen de ne pas étouffer totalement, d’échapper à l’asphyxie.


S’évanouir, c’est ne pas cesser de s’évaporer, de disparaître, de tomber, de « s’évanouir »...


Pourquoi Tchekov ?

Parce que mettre en scène Tchekhov, aujourd’hui, c’est prendre en charge pleinement cette nécessité et son questionnement.

Il y a toujours un modèle chez Tchekhov.

Nous sommes souvent en deçà de celui-ci.

Les tragédies sont pourtant les mêmes, pas inférieures.


Il ne s’agit que de la mort chez Tchekhov...


Mais pas de la mort toujours représentée comme le sujet même de la représentation théâtrale. Nous savons que nous devons mourir et nous n’avons pas forcément besoin du théâtre pour nous le dire ou nous le rappeler. Non, il s’agit du vrai sens de la représentation, de la vraie raison du théâtre : Pourquoi on ne sait pas pourquoi on va mourir.

Tchekhov est le premier qui arrive à rassembler le social et le personnel.



Ce très beau projet n’aurait pu jamais aboutir à cause de la crise sanitaire, mais Christian Benedetti ainsi que sa troupe de comédiens ont tenu à respecter leur engagement. Vous pourrez donc voir l’intégrale de Tchekov nommée 137 évanouissement dès le 4 novembre à l’athénée - Louis Jouvet puis à la Maison de la culture d’Amiens et au Théâtre - Studio d’Alfortville.

TCHEKOV - 137 EVANOUISSEMENTS

Nouvelles traductions Brigitte Barilley, Christian Benedetti, Laurent Huon, Daria Sinichkina, Yuriy Zavalnyouk

Scénographie et mise en scène Christian Benedetti


Avec Brigitte Barilley, Jenny Bellay, Leslie Bouchet, Vanessa Fonte,

Lise Quet, Laure-Lucile Simon, Hélène Stadnicki, Martine Vandeville...

Christian Benedetti, Nicolas Buchoux, Baudoin Cristoveanu, Philippe Crubézy, Daniel Delabesse, Alexandre Hamadouche, Marc Lamigeon, Alex Mesnil, Jean Pierre Moulin...



THÉÂTRE-STUDIO D’ALFORTVILLE

À PARTIR DU 04 MARS 2021


BILLETERIE



L’œuvre magistrale de Tchekov

Deux pièces sociétales, de factures traditionnelles, les deux premières : SANS PÈRE (au sens de la période politique)

IVANOV

Deux pièces qui entrent en collision avec la dramaturgie traditionnelle et ouvrent des perspectives nouvelles pour un théâtre à venir :

LA MOUETTE

ONCLE VANIA


Deux pièces de troupe (écrites pour le Théâtre d’Art de Moscou), les deux dernières :

TROIS SŒURS LA CERISAIE


Et aussi neuf pièces en un acte :

SUR LA GRAND ROUTE - étude dramatique LE CHANT DU CYGNE - étude dramatique LA DEMANDE EN MARIAGE - plaisanterie TATIANA REPINA - plaisanterie

LA NOCE - comédie

TRAGÉDIEN MALGRÉ LUI - plaisanterie UN JUBILÉ - plaisanterie

L’OURS - plaisanterie

DE LA NOCIVITÉ DU TABAC - monologue






Posts récents

Voir tout