google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

Ruy Blas au Théâtre Marigny : Entre tradition et modernité


Victor Hugo, par sa plume magistrale, nous a légué "Ruy Blas", un chef d’œuvre intemporel. La mise en scène de Jacques Weber au Théâtre Marigny nous le rappelle vivement. Pourtant, cette représentation, oscillant entre des choix audacieux et des éléments classiques, présente un succès parsemé de quelques hésitations.


La trame du récit nous plonge dans une intrigue mêlant pouvoir, amour, trahison et manipulation. Don Salluste, une vieille crapule sans scrupules, après avoir été discrédité par la Reine, élabore une vengeance machiavélique. Il utilise Ruy Blas, un jeune laquais insoumis, pour séduire la souveraine en se faisant passer pour Don César. Toutefois, au-delà de ces stratagèmes, Ruy Blas, tiraillé entre sensibilité et intégrité, tombera sincèrement amoureux de la Reine.


Les acteurs, dans ce spectacle, jouent un rôle primordial. Jacques Weber, avec son charisme et son coffre impressionnant, incarne un Don Salluste saisissant, même si sa voix, qui semble éteinte lors de son entrée en scène, met du temps à retrouver sa flamboyance. Kad Merad, interprétant Don César, affiche une décontraction qui peut séduire comme dérouter. Mais ce sont Jean-Paul Muel, incroyable dans le rôle de Don Guritan, et Stéphane Caillard, impériale et touchante dans le rôle de la Reine d'Espagne, qui volent la vedette. Caillard, avec sa prestance et son jeu nuancé, nous offre une Reine oscillant entre désir d'émancipation et révolte, touchante dans sa quête d'amour et d'attention.


Jacques Weber, metteur en scène, a opté pour un décor particulièrement épuré noir désossé et a pris le parti de ne pas situer la pièce dans une quelconque époque. Nous ne sommes pas à la fin du XVIIe siècle, nous serions plutôt dans un temps et un espace indéfinis.


Il est évident que la pièce souffre de certains choix audacieux. Weber ose, certes, mais on peut parfois se demander si certains risques étaient nécessaires, ou même pertinents. L'absence d'une esthétique claire tant dans les décors que les costumes, combinée à une lumière très très sobre, les projections rouges et noires, aux connotations manichéennes, ainsi qu'une chorégraphie façon « cabaret » lors de l'acte IV, peuvent dérouter.


Quant au reste du casting, s'il mêle des poids lourds de la scène française et des talents prometteurs, on peut se questionner sur la pertinence de certains choix. Basile Larie, bien qu'énergique dans le rôle-titre de Ruy Blas, peine par moments à trouver le juste milieu entre la fougue et la naïveté de son personnage. Et ces comédiens(es) en noir, qui tentent d'investir la scène sans être ni tout à fait des figurants, ni chanteurs, ni danseurs, que font-ils là ?

 

Bien que ce Ruy Blas présente quelques défauts, il reste un spectacle à voir pour son ambition, sa modernité et le talent de certains acteurs. Au Théâtre Marigny, on savoure une fresque historique, témoignage de l'œuvre patrimoniale de Victor Hugo. Une expérience théâtrale qui, malgré ses incertitudes, ne laisse pas indifférent. Avis de Foudart 🅵🅵


 

RUY BLAS

Une pièce de Victor HUGO

Metteur en scène Jacques WEBER

Avec Kad MERAD, Jacques WEBER, Stephane CAILLARD, Basile LARIE, Jean-Paul MUEL, Magali ROSENZWEIG, José-Antonio PEREIRA, Sahra DAUGREILH et la participation des apprentis du STUDIO ESCA

Costumes Maud HEINTZ • Scénographie Emmanuelle FAVRE • Lumières Georges LAVAUDANT • Crédit photo © Bernard RICHEBÉ


THÉÂTRE MARIGNY

Jusqu’au 29 décembre 2023 • Du mercredi au samedi à 20h. Le samedi et le dimanche à 15h






42 vues0 commentaire
bottom of page