google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

Untitled

Bonjour tout le monde, Je vous confirme votre invitation pour Quelque chose au côté gauche de Léon Tolstoï, librement adapté et interprété par Hervé Falloux et mis en scène par Séverine, au théâtre de la Huchette à 19h30 lundi 14 juin. Ce spectacle sera repris au Studio Hebertot du 28 octobre au 27 novembre 2021. Isabelle sera présente pour vous accueillir. Vous trouverez en pièce jointe le dossier et deux photos. Bonne soirée. Amitiés. Emily INVITATION CRÉATION QUELQUE CHOSE AU CÔTE GAUCHE d’après « La mort d’Ivan Ilitch » de Léon Tolstoï Adaptation libre et interprétation Hervé Falloux mise en scène Séverine Vincent Les lundis 7, 14, 21 et 28 juin à 19h30 Phénix festival Au théâtre de La Huchette 23, rue de la Huchette 75005 Paris Métro : Saint-MichelTournée Studio Hébertot du 28 octobre au 27 novembre 2021 - Réservations : 01 42 93 13 04 Dans la Russie tsariste, Ivan Ilitch préside le tribunal de St Pétersbourg avec compétence et froideur. Ayant brillamment gravi les échelons de la réussite sociale, rien ne l’intéresse plus que son prestige, l’apparat de sa vie mondaine et ses succès au whist. Sa vie est telle qu'il l'a toujours souhaitée : Facile, agréable, de bon ton. Une petite douleur au côté gauche, et sa vie bascule : Au bord du précipice, il commence un chemin initiatique qui va le mener vers la lumière. Durée : 1h10 Réservation : 01 43 26 38 99 Tarif unique : 15€ scénographie Jean-Michel Adam Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz lumières Philippe Sazérat Création son Ladam Production L'Atelier de Mars, avec le soutien de l'ADAMI DECLENCHEUR et du Fonpeps Dossier et photo en pièce jointe Zef - agence de diffusion et relations presse contact@zef-bureau.fr | 01 43 73 08 88 Isabelle Muraour : 06 18 46 67 37 | Emily Jokiel : 06 78 78 80 93 http://www.zef-bureau.fr/ -- Zef : 01 43 73 08 88 Isabelle Muraour : 06 18 46 67 37 Emily Jokiel : 06 78 78 80 93 Mail : contact@zef-bureau.fr www.zef-bureau.fr QUELQUE CHOSE

AU CÔTÉ GAUCHE

d’après « La mort d’Ivan Ilitch » de Léon Tolstoï Adaptation libre et interprétation Hervé Falloux

Mise en scène Séverine Vincent

Ivan Ilitch a brillamment gravi les échelons de la réussite sociale, il règne en maitre sur ses diners mondains et ses parties de whist, l’existence pétrie de certitude. Un jour pourtant, une chute idiote, une petite douleur au côté gauche, et tout bascule...

Scénographie : Jean-Michel Adam, Lumières : Philippe Sazerat, Costume : Jean-Daniel Vuillermoz, Création son : Ladam Production L’ATELIER DE MARS, avec le soutien de l’ADAMI DECLENCHEUR et du Fonpeps

Au Théâtre de la Huchette Les lundis 7, 14, 21 et 28 juin à 19h30

Reprise au Studio Hébertot du 28 octobre au 27 novembre 2021

Réservations : 01 43 26 38 99

Durée : 1h10

Tarif unique : 15€

Théâtre de la Huchette,23, rue de la Huchette - 75005 Paris

Service de presse : Zef Isabelle Muraour : 06 18 46 67 37 | Emily Jokiel : 06 78 78 80 93 contact@zef-bureau.fr | www.zef-bureau.fr

L’histoire

Dans la Russie tsariste, Ivan Ilitch préside le tribunal de St Pétersbourg avec compétence et froideur.

Ayant brillamment gravi les échelons de la réussite sociale, rien ne l’intéresse plus que son prestige, l’apparat de sa vie mondaine et ses succès au whist. Sa vie est telle qu'il l'a toujours souhaitée : Facile, agréable, de bon ton.

Une petite douleur au côté gauche, et sa vie bascule : Au bord du précipice, il commence un chemin initiatique qui va le mener vers la lumière.

Propos

L’histoire de notre protagoniste joue sur les paradoxes.

Plus Ivan Ilitch gravit les échelons de la magistrature avec plaisir et brio, plus son humanité se dissout. Plus il est important et respecté plus il sa vie s’enfonce dans la vacuité. Plus il pense vivre « comme il faut », plus il s’égare. Plus son corps s’affaiblit plus sa vie spirituelle s’enrichit. Ce ne sont pas les riches aristocrates cultivés qui le mettent sur le chemin de la vérité, mais un simple moujik. C’est l’enfant qui montre la voie à l’imposant magistrat aux cheveux blancs. C’est à l’orée de la mort que le sens de la vie lui est révélé. La vie d’Ivan Ilitch est comme celle de Tolstoï, bourrée de contradictions, d’élans opposés, d’écartèlements.

« J’ai un secret, comme la mort est l’ultime étape de notre vie, je me suis familiarisé depuis quelques années avec cette véritable amie de l’homme pour que son image non seulement n’ait plus rien d’effrayant, mais soit plutôt quelque chose de rassurant et de consolateur, alors tu vois, je remercie Dieu de m’avoir fait découvrir que c’est la clef de notre véritable bonheur. »

Lettre de Mozart à Anton Stadler

« Quelque chose au côté gauche », adaptation libre destinée à un seul en scène, propose de plonger les spectateurs dans le voyage introspectif de ce personnage à l’âme terriblement slave.

2


Note d’intention / Hervé Falloux, adaptation et jeu.

Il y a trois ans, j’ai eu « des problèmes de santé », comme on dit pudiquement. Les médecins n’étaient pas très optimistes. Maintenant, je vais bien. Il est grand temps pour moi de revenir sur cette étape de ma vie. C’est une nécessité.

Que me reste-t-il de cette expérience extrême ?

Des moments de grâce inoubliables, de clairvoyance, des heures de totale sincérité avec moi- même et avec les autres, des instants d’humour avec les médecins. Tout cela mêlé d’angoisse, de peur, de faiblesse, de bravoure. J’étais « Au monde ».

Ces souvenirs ont été mon fil rouge pour l’adaptation de la nouvelle de Tolstoï. Ce que j’ai essayé de traduire, c’est le cheminement vers la lumière de cet homme égoïste, avide de reconnaissance et de plaisir vain. La maladie n’est là que pour révéler l’humanité d’Ivan Ilitch et donner un sens à sa vie. C’est un électrochoc. La pièce est le combat d’un homme contre lui-même, pour sa rédemption. Aucune intention d’un voyeurisme malsain pour la mort mais relater un chemin difficile, parfois drôle vers la vérité et la grâce.

Je suis bien placé pour savoir que dans les moments les plus dramatiques, l’humour n’est jamais bien loin. En tout cas, c’est un positionnement dont je ne veux pas me départir, ni dans la vie, ni sur scène. Rien n’appelle à la lourdeur, surtout pas la maladie et la mort.

Universelle

Si cette œuvre de la fin du XIXème nous captive toujours, c’est tout simplement parce qu’elle pose des questions éternelles : Quel est le sens de la vie ? Comment sortir de l’angoisse de la mort et de la finitude ? Ivan Ilitch est un homme de notre temps : Il rêve d’ascension sociale, de pouvoir, de luxe. Etre un « premier de cordée » ! Heureusement pour lui, un petit grain de sable, (Quelque chose au côté gauche) va gripper la machine et lui faire découvrir le meilleur de lui-même. Une humanité qui donne un sens à sa vie.

C’est un lieu commun (mais parfois, ils sont vrais) de dire que notre XXIème siècle n’a plus de repère. La course échevelée à la richesse, au bien-être personnel, à la consommation, engendre individualisme, égoïsme, repli sur soi. La pensée de Tolstoï, jamais moralisatrice, pleinement incarnée dans cet Ivan Ilitch de chair et de sang, de larmes et de désir, nous montre un autre chemin, une lumière salvatrice.

Une certaine continuité

Non sans sourire et avec humour, je me dis que « Quelque chose au côté gauche » sera le dernier volet de « ma » trilogie. Il y a plus de 25 ans, j’ai adapté et joué « Mars » de Fritz Zorn pendant 3 saisons, il y a 5 ans j’ai adapté et mis en scène « Nuits Blanches » d’après Haruki Murakami, au Théâtre de l’œuvre, aujourd’hui je souhaite jouer cette libre adaptation de « La mort d’Ivan Ilitch ». Des écritures, des époques, des cultures, des lieux différents mais les mêmes thèmesdéveloppés : vies entravées, insignifiantes, ratées. Déflagration d’un évènement violent (songe terrifiant chez Murakami, cancer chez Fritz Zorn, chute accidentelle chez Tolstoï) qui vient mettre en lumière la morbidité des vies. Il s’en suit un combat pour la vérité et la singularité de chacun.

3


Note pour cette adaptation / Hervé Falloux

Je suis un adaptateur extrêmement fidèle aux écritures et aux œuvres. Pour « Mars » de Fritz Zorn, pour « un privé à Babylone » de Richard Brautigan, pour « Nuits blanches » de Haruki Murakami, les critiques ont toutes souligné la fidélité et même l’hommage rendu aux écrivains à travers mes adaptations.

Pour « la mort d’Ivan Ilitch » le travail a été plus ardu. J’ai utilisé comme méthode de travail, celle des monteurs de cinéma qui s’éloignent du scénario et du tournage pour mieux servir le propos du réalisateur. C’est donc une libre adaptation (une fois n’est pas coutume) que je propose. Sans perdre la précision du langage de Tolstoï, je me suis appliqué à être plus concis, moins descriptif (nous sommes au théâtre) et à commettre quelques ellipses. La tension dramatique reste ainsi aigüe du début à la fin. Le suspense a toute sa place dans cette adaptation, c’est une course contre la montre.

Historique des adaptations de l’œuvre / Pourquoi un seul en scène ?

Une dramatique télévisuelle a été réalisée dans les années 70 par Nat Lilenstein et un film fut tourné par Alexandre Kaidanowski en 1988, d’après la nouvelle de Tolstoï.

Au théâtre, Simone Benmussa en 1981 a adapté « La mort d’Ivan Ilitch » en dialoguant le texte de Tolstoï. Elle faisait évoluer sur scène Ivan Ilitch, sa femme, sa fille, le fiancé de celle-ci, etc... Ce type d’adaptation est assez éloigné du propos qui m’intéresse : Ivan Ilitch, seul, face à sa conscience, à ses choix et à sa vie ne peut être, à mon sens, qu’un seul en scène. Pas un récit dialogué, pas un récit distancié, mais l’histoire d’une vie transmise à la première personne.

Accompagnement au plateau / Séverine Vincent, mise en scène

Je connais Hervé Falloux depuis 25 ans. Nous avons souvent travaillé ensemble, dans des contextes très divers, de multiples plateaux teintés d’approches théâtrales aux couleurs contrastées. Je peux donc dire que je connais très bien l’acteur, ses facettes, l’étendue de son registre, ses (grandes) qualités et ses (petits) défauts.

Je connais aussi son travail intime, celui des projets qu’il porte, ce qu’il cherche, au fond.

Sa quête d’artiste. Sa parole.

On s’est toujours suivi de près, tous les deux, dans nos quêtes respectives. On s’est accompagnés, on s’est lus, conseillés ; pas mal de partage d’âme, en somme...

Et ici, il est avant tout question de ça : d’âme.

Il est question pendant une heure d’offrir en partage l’âme de ce pauvre Ivan Ilitch. Une âme toute déshabillée, totalement livrée au mystérieux voyage qui l’attend.

Lorsqu’Hervé m’a annoncé qu’il souhaitait revenir à la scène avec un sujet aussi sensible que celui de « La mort d’Ivan Ilitch », je me suis dit que les épreuves par lesquelles il venait de passer avaient dû laisser quelques balafres dans son beau moral... Et puis, connaissant si bien mon zèbre, ça m’a très vite interpellé : qu’est-ce qu’il fabrique ? Alors je lui ai demandé de me lire son projet à haute voix. Grand bien m’en prit ! J’ai immédiatement décelé, lors de cette lecture, l’incroyable matière vivante qui se dégage de son projet : c’est une éblouissante ode à la vie. Elle a tout de théâtral, cette adaptation, elle en est l’essence-même. Un homme (ou plutôt une âme), posé dans l’immatérialité, parcourt son existence, juste en mots incarnés, là, devant nous, sans aucun artifice.

4


Parcours Biographie de Tolstoï

Léon Tolstoï nait en 1828. Il perd ses parents avant ses 12 ans. Son père se nommait Nikolaï Ilitch Tolstoï. Avant de s’engager dans l’armée, où il participe à des missions dangereuses, il mène une vie dissolue de jeune bourgeois incapable de mener à bien ses études supérieures. En 1856, il commence à écrire et voyage en Europe. Il se marie en 1862, aura douze enfants et publiera entre 1862 et 1877 des nouvelles autobiographiques et de longs romans : « Guerre et paix » et « Anna Karénine ». Après une

crise existentielle (dont l'acmé est nommée la nuit d'Arzamas), Tolstoï écrit des nouvelles plus philosophiques dont « La mort d’Ivan Ilitch » en 1886. Les nouvelles « le Diable » et « Sonate à Kreutzer » furent publiées 1889. Cette seconde période est marquée par de très nombreux essais "Qu'est-ce-que l'art ?", "Religion et morale", "Tu ne tueras point" (entre autres). Parallèlement à sa vie d’écrivain, il s’adonne à une vie spirituelle et à une pratique religieuse intense. Il devient végétarien, abstinent, attaque l’Eglise officielle et est finalement excommunié en 1901. Pendant les dernières années de sa vie, il publie des articles religieux et moraux, des pamphlets contre l’état, contre l’art, contre la peine capitale... Il meurt en 1910.

Hervé Falloux

Admis à l’ENSATT en 1981, Hervé Falloux a pour professeurs Marcel Bozonnet, Brigitte Jaques, Roland Monod... Parallèlement il joue dans la dernière mise en scène de Raymond Rouleau : Thérèse Raquin.

Depuis il joue dans une cinquantaine de pièces : Peines d’amour perdues mise en scène Laurent Pelly au Théâtre National de l’Odéon et le Chant des chants mise en scène Patrick Haggiag dans le même théâtre, Ubu roi mise en scène Roland Topor au Théâtre National de Chaillot, B.C B.G de Jean Bois au TNM la Criée à Marseille et au Théâtre de la Madeleine. Il travaille sous la direction de Clotilde Ramondou dans Mars qu’il a adapté du roman éponyme de Fritz Zorn et dans Les Perdrix de Christophe Huysman, au Festival d’Avignon (Chartreuse de Villeneuve lez Avignon). Il joue dans Le Fils de Christian Rullier dans la mise en scène de François Rancillac.

Marion Bierry fait appel à lui pour jouer dans Horace, Après la pluie et l’Aiglon. Il joue aussi dans Le Cœur n’est pas moderne de Martine Drai, dans Quel petit vélo à guidon chromé de Georges Perec mise en scène Gérard Abéla, dans Fleurs et affinités de Frédéric Rose, dans Débrayage de Rémy De Vos, mise en scène Gilles Guillot au Festival d’Avignon et dans Au nom du fils d’Alain Cauchi sous la direction d’Etienne Bierry au Théâtre de Poche et en tournée. Récemment, il joue à la MC 93 de Bobigny dans Boxing paradise mise en scène par Stéphane Olry, c’est le cinquième spectacle qu’il joue sous la direction de ce metteur en scène. Il rejoint aussi la troupe de la Huchette pour jouer Mr Martin dans la Cantatrice Chauve, mise en scène Nicolas Bataille.

En 2008, Il reprend la mise en scène de la pièce Le cœur n’est pas moderne de Martine Drai. Le spectacle est joué au Théâtre de l’Atalante et en tournée.

De 2011 à 2012, il collabore étroitement à la mise en scène de Clotilde Ramondou sur la pièce Clients de Grisélidis Réal, spectacle joué au festival « Haute Tension » à la Grande Halle de la

5


Villette à Paris, au Théâtre Paris-Villette et en tournée. Dans les mêmes années, Hervé Falloux est le collaborateur artistique de la Revue Eclair sur les Arpenteurs de Stéphane Olry, pièce jouée au Théâtre de l’Aquarium, puis en tournée et sur Hic Sunt Leones, spectacle joué également au Théâtre de l’Aquarium et repris au Festival d’Avignon 2012 (Chartreuse de Villeneuve lez Avignon).

De 2013 à 2015 Il met en scène, au Festival d’Avignon (Théâtre La Luna), son adaptation d’Un privé à Babylone de Richard Brautigan. Nuits Blanches qu’il a adaptée de la nouvelle « Sommeil » d’Haruki Murakami est jouée 50 fois au Théâtre de l’OEuvre à Paris sous sa direction, Nathalie Richard en est l’interprète. Plus récemment il met en scène Cinq jours en mars de Toshiki Okada à l’Agora d’Evry et en tournée.

Au Cinéma, il tourne avec Vincent Garenq, Eric Rochant, Raoul Ruiz, Benoît Jacquot, Florence Quentin, François Favrat, Jean-Paul Salomé, Roschdy Zem, Etienne Chatiliez...

A la Télévision, il travaille sur plus de trente-cinq films avec Michel Mitrani, Serge Moati, Robert Enrico, Josée Dayan, Henri Helman, Pierre Boutron, Gilles Béhat, Jérôme Foulon, Pascal Chaumeil, Lucas Belvaux, Bertrand van Effenterre, Jean-Christophe Delpias...

Séverine Vincent

Issue d’une famille de musiciens, ses premières expériences artistiques passent par le chant (entre autres, elle prête sa voix à Emilie Jolie dans l’album de création en 1979). Puis elle se tourne vers le théâtre.

Elle intègre de 1995 à 1998 la troupe permanente du Théâtre Montansier de Versailles (direction : Francis Perrin /création de spectacles à partir du répertoire de Molière -tournées et festivals internationaux, création du Mois Molière à Versailles...), avant de fonder la Compagnie L’égale à égaux avec certains membres de la troupe. Le collectif, soutenu par le Conseil Général des Yvelines, se spécialise dans le répertoire classique, et crée une dizaine de spectacles de 2000 à 2008 (Marivaux, Beaumarchais, Crébillon fils, Musset, Shakespeare...). Elle co-fonde en 2010 La compagnie des Insoumises, structure spécialisée dans les lectures- spectacles en lieu institutionnel (musées, médiathèques, grandes écoles).

En parallèle, elle travaille en tant que comédienne, adaptatrice et metteur en scène pendant une dizaine d’années pour le Festival de la Correspondance de Grignan (2005-2015).

En 2008, elle est remarquée pour son interprétation de Bette Davis dans Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ? (mise en scène : Didier Long / Théâtre des Bouffes Parisiens / Chêne Noir Avignon). Elle collabore à nouveau avec Didier Long en tant qu’assistante à la mise en scène et comédienne sur Simpatico de Sam Shépard (Théâtre Marigny / 2012), et sur Le plus heureux des trois d’Eugène Labiche (Théâtre Hébertot / 2013).

On a pu la voir ces dernières années dans Les palmes de Monsieur Schutz (mise en scène de Patrick Zard’ / Théâtre Michel), Les fiancés de Loches (mise en scène Hervé Devolder / Théâtre de la Michodière / (Molière du Musical 2016)), et Abigail’s Party de Mike Leigh (mise en scène Thierry Harcourt / Théâtre de Poche Montparnasse).

Elle tourne simultanément pour le cinéma et la télévision sous les directions de Guillaume Gallienne, Claude Berri, Sandrine Veysset, Jean Marboeuf, Claude Goretta, Paul Vecchiali, Pierre Granier-Deferre, Hervé Hadmar, entre autres...

En tant que metteur en scène, elle monte La Mégère apprivoisée de Shakespeare (2007 /Tournée) ; L’Unique et le voyou (d’après les correspondances de Maïakovski et Lili Brik) – (2012/ Théâtre du Petit Chien - Avignon) ; Rue des Plâtrières (2015/spectacle musical) ; L’ange et l’enfant (spectacle musical jeune public) (2017-2018/Théâtre de L’Atelier/ Studio Théâtre de Stains et tournée).

En 2012, elle rejoint L’Art éclair, - une compagnie atypique qui travaille dans les marges, aux côtés des publics fragiles et devient la collaboratrice d’Olivier Brunhes, son fondateur. Créations : Fracas (sur le handicap mental) 2013, Paroles du dedans (créé avec les détenus de la maison d’arrêt d’Osny) 2015, L’Ombre du Soleil, commande du Château de Versailles et du

6


SPIP 78 (créé avec les détenu(e)s des établissements pénitentiaires des Yvelines, et joué dans la Salle du Jeu de Paume à Versailles) 2018.

Elle fonde en 2019 la Compagnie Pourpre, basée dans la Drôme (26), avec le projet de travailler sur les problèmes de déconnexion culturelle en milieu défavorisé, et collabore au projet d’envergure « La Ferme des Lumières » porté par THEATRE DE LUMIERE

URBAIN (Luz Mando – Milosh Luczynski) ; 2 années d’implantation dans la cité des Noirettes (Vaulx-en-Velin (69)), en vue de réaliser une fresque de lumière pérenne en faisant participer les habitants (ateliers d’écriture, video, etc.).

Elle développe son travail d’écriture : sa pièce L’ogre a reçu le soutien du collectif à Mots Découverts, et celui des E.T.C du CDN-Comédie Poitou-Charentes, a été remarqué par le comité de lecture des E.A.T en 2020 et Sélectionné pour le Writers’ Playroom du 12th Womens Playrights International Conference / Montreal 2022.

Jean-Michel ADAM (scénographie)

Musicien à la base, il est diplômé de la Villa Arson de Nice et reçoit en 1987 le Prix Mossa de peinture. Il signe notamment la scénographie sur plus d’une vingtaine de spectacles de Didier Long dont Modi, Un Homme à Distance, Eclipse Totale, Chère Eléna, Equus, La Parisienne, La Vie devant Soi, Le Gardien (nomination « meilleur décor » Molières 2008), Le Limier (nomination « meilleur décor » Molières 2003), Les Braises... Il travaille également pour divers metteurs en scène tels que Francis Perrin, Gérard Gélas, Jean-Luc Moreau Le journal de ma fille, L’Invité (direct France 2), Mariage et Châtiment, Le Journal de ma Fille, Anne Bourgeois Voyage en Ascenseur, Une famille modèle, Le plus Beau Jour (direct France 2) Représailles, Alors on s’aime, Jean-Luc Revol, José Paul C'est encore mieux l'après midi, J’ai envie de Toi, Patrick Haudecoeur Silence on tourne...., Panchika Velez, Anne Bouvier, Charlotte Rondelez...

Il crée pour Opéra en Plein Air les scénographies de Rigoletto et Carmen.

Pour Hervé Devolder Les fiancés de Loches, La Crème de Normandie. Adapte le décor américain de Avenue Q.

Il a également conçu les décors de spectacles de variétés et de cinéma.

Il a conçu le décor du salon de concert du Théâtre des Champs Elysées (1989).

En tant que metteur en scène, il a monté La Ronde, Le Barbier de Séville, La Nuit et le Moment et Courteline !!!.

Philippe Sazerat (lumière)

Après une formation de comédien à la Classe Libre à l'école Florent, il joue au théâtre

à partir de 1981, pour Jean-Luc Boutté, Patrice Kerbrat, Georges Lavelli, Jean Le Poulain, Roger Blin, Raymond Acquaviva, René Barré, Marie-Claire Valène, Bernard Avron, Gérard Malabat, Claudia Morin et au cinéma pour Edouard Molinaro, Pierre Vinour...

Dans le même temps, il s’intéresse à la création lumière.

Il rencontre Catherine Dasté qu'il suit dans l'aventure du Théâtre des Quartiers d'Ivry durant six ans comme créateur-lumière et directeur technique.

Depuis 1985, au théâtre, il crée la lumière de plus de cent cinquante spectacles pour les metteurs en scène René Barré, Daniel Berlioux, Catherine Dasté, Josiane Balasko, François Kergourlay, Claude Merlin, Michel Lopez, Jean-Pierre Malignon, Hubert Saint-Macary, Gérard Malabat, Frédéric Smektala, Claudia Morin, Véronique Bellegarde, Nadia Vadori, Henri Gruvman, Lisa Wurmser, Ned Grujic, Hervé Falloux, Julie Timmerman, Philippe Lelièvre, Jean-Louis Heckel, Elise Noiraud, Raymond Acquaviva, Didier Long ...

Il improvise, à chaque représentation, la lumière sur le spectacle Improvizafond.

Il crée les lumières de Brigitte Fontaine, Graeme Allwright, Steve Waring,

Orlika, Stéréodrome, Smek...

Il met en scène notamment la Grammaire, d'Eugène Labiche, Mère Fontaine, de Laurent Roth, Orphelin dans les collines de Charles Coudray.

7


Ladam (création son)

Ladam est un jeune créateur de MAO (musique assistée par ordinateur), en contrat avec le label French Light Records. Il signe les prods de divers rappeurs.

Il a composé la BO des deux films de Noe Deza Dja : Entre nos yeux et Comme des adultes, et celle du film Zoomy Game de Christophe Monier.

Jean-Daniel Vuillermoz (costume)

Après des études à l’école du spectacle de la rue Blanche (E.N.S.A.T.T).

Jean-Daniel Vuillermoz débute comme chef costumier sur les films, « L’Amant » de Jean-Jacques Annaud, « La Reine Margot » de Patrice Chereau, « Le Pacte des loups » de Christophe Gans, « Astérix & Obélix » de Claude Zidi, « Les Milles et une nuits » de Philippe de Broca ou encore « Les Misérables du XXe siècle » de Claude Lelouch.

Puis il crée les costumes sur les films , « Saint-Cyr » de Patricia Mazuy, « Jacquou le Croquant » de Laurent Boutonnat, « Contre-Enquête » de Franck Mancuso, « La nouvelle guerre des boutons » de Christophe Barratier, « Rien à déclarer » de Dany Boon, « AO le dernier Neandertal » de Jacques Malaterre, « Oscar et la dame Rose » d’Eric-Emmanuel Schmitt, « Le passé » de Asghar Farhadi. En 2018 il crée les costumes pour le film « Let’s Dance» de Ladislas Chollat (sortie 2019).

Éclectique, il aime la création de spectacles musicaux qui vont de l’opéra (« Hippolyte et Aricie », « Carmen » à l’Opéra de Paris) aux comédies musicales (« Les Choristes », « Jésus », « Les enfants du soleil », « Robin des bois », « Oliver Twist », « Résiste »)

Il a dessiné les costumes de plus de cent pièces de théâtre. Entre autres il a créé les costumes dans les mises en scène de Ladislas Chollat (« Harold et Maude » avec Line Renaud, « Une heure de Tranquillité » avec Fabrice Luchini, « Le Père » avec Robert Hirsch, et « Le Fils »), Steve Suissa («A droite A gauche », « Ich bin Charlotte »), Daniel Colas (« Un certain Charles Spencer Chaplin »), Yves Beaunesne (« Roméo et Juliette » et « On ne badine pas avec l’amour », « Le Cid », « Le prince Travesti »). Jean-Daniel Vuillermoz reçoit en 2011 le Molière des meilleurs costumes pour la pièce « Henri IV » de Daniel Colas et en 2001 le César des meilleurs costumes pour le film « Saint-Cyr » De Patricia Mazuy, il est nommé aux Césars 2008 pour les costumes de « Jacquou le croquant » de Laurent Boutonnat.

Mentions

©photo : Rosalie Adam

Presse : ZEF

Communication : Fous de Theatre Diffusion : Passage Production

Programmation de la première édition du PHENIX FESTIVAL Avec le soutien de l’ADAMI DECLENCHEUR

8

DR


9


19 vues0 commentaire

Comments


foudart_logo_edited.png
bottom of page