google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

Dolores : Sylvin Rubinstein, Le Travesti Résistant

« Maria et moi, nous étions magnétiques. Quand nous dansions ensemble, nous n'étions plus qu'un pied ». Dans l'ombre des projecteurs, l'histoire extraordinaire de Sylvin Rubinstein, danseur de flamenco et résistant face à la barbarie nazie, est longtemps restée cachée.


Sur scène, aux côtés de sa sœur jumelle, il incarnait Imperio y Dolores, un duo puissant symbolisant l'autorité et la souffrance. Ces deux termes étaient indélébilement inscrits dans la vie de Sylvin, et lorsque sa sœur jumelle fut perdue dans l'horreur du camp d'extermination de Treblinka, Sylvin n'a jamais cessé d'alimenter sa soif de vengeance, tissant une détermination inébranlable forgée à travers des épreuves douloureuses.

Ce n'est qu'à la fin de sa vie que cet homme secret décida de révéler son destin extraordinaire, digne du scénario d’un film de Quentin Tarantino.


Aujourd'hui, les auteurs Yann Guillon et Stéphane Laporte ont décidé de raconter cette histoire, tandis que la talentueuse et sensible Virginie Lemoine la met en scène : le portrait d'un homme extraordinaire qui se déguisa en femme pour combattre les nazis.


À 87 ans, Sylvin Rubinstein fait un retour émouvant à l'Adria, le cabaret qui marqua le début de sa carrière aux côtés de sa sœur Maria en 1933. Alors que Joseph, le serveur, achève ses tâches nocturnes, Sylvin, submergé par la nostalgie, décide pour la première fois de dévoiler son destin extraordinaire : sa brillante carrière de danseur de flamenco brisée, son amour perdu pour Maria, ses blessures, ses traumatismes et sa fureur.

Sa quête de justice atteignit son apogée à Berlin, où il tua des officiers allemands en plein jour, tout en dansant le flamenco sur les toits la nuit, sous les bombardements alliés.


Sur scène, seuls deux tabourets et une haute table en bois sont présents, entourés de rideaux drapés. Selon l'éclairage, ces tentures deviendront transparentes ou opaques, servant également de support à des projections et évoquant ainsi différentes atmosphères. Ce sont les seuls éléments matériels du décor.


La bande-son joue un rôle essentiel. Les explosions, le bruit des portes en métal, les pas militaires, les ordres en allemand.


La musique, interprétée en direct par Cristo Cortes (chanteur et musicien) et Dani Barba(guitariste), accompagne les danses de flamenco et souligne les moments clés du récit.


Les chorégraphies, véritables moments d'émotion et d'intensité, occupent une place prépondérante dans le spectacle. Les mouvements envoûtants du flamenco sont exécutés avec passion par Sharon Sultan et le magnétique et gracieux Ruben Molina. Grâce à leur talent et à leur maîtrise de l'art, ils donnent vie aux chorégraphies envoûtantes.


Olivier Sitruk incarne Sylvin Rubinstein, dévoilant avec justesse les différentes facettes de ce personnage complexe. Sa voix rauque et ses gestes lents reflètent le poids des années, tandis que dans sa jeunesse, son rythme est vif et sa voix pleine d'assurance. Lorsqu'il se transforme en Dolores, son phrasé devient légèrement plus mélodieux et ses gestes plus gracieux. Il sublime l'histoire de Sylvin et donne vie à chaque scène, nous plongeant dans l'univers sombre de la résistance et de la danse.


 

La Danse de la Vengeance

Malgré quelques longueurs dues à une énumération détaillée de cette histoire foisonnante, faite de rencontres multiples dans de nombreux lieux, et malgré une transition entre homme et femme qui manque de réalisme et d'explication psychologique, nous faisant oublier que Sylvin était également un travesti assumé, le spectacle "Dolores" est avant tout un hommage poignant à cet homme extraordinaire.

Avec une mise en scène sensible de Virginie Lemoine, le public est transporté dans l'univers intense de Sylvin Rubinstein, où danse et résistance s'entrelacent pour créer un récit captivant.


Ce spectacle met en lumière l'importance de se souvenir de ces histoires méconnues, de ces héros ordinaires qui ont lutté contre l'oppression. L'histoire de Sylvin Rubinstein nous rappelle que la résistance peut prendre de nombreuses formes, et que même dans les moments les plus sombres, la danse peut être un moyen de défier l'injustice et de réaffirmer notre propre humanité. Avis Foudart 🅵🅵


 

Dolores

Un texte écrit par Yann Guillon et Stéphane Laporte

Mise en scène Virginie Lemoine

Avec Olivier Sitruk, François Feroleto

Joséphine Thoby, Sharon Sultan, Ruben Molina, Cristo Cortes, Dani Barba

Chorégraphie Marjorie Ascione

Crédit photo © Frédérique Toulet


Festival off d’Avignon 2023

Théâtre Actuel - Avignon

Du 7 au 29 juillet 2023 à 17h35





Sylvin Rubinstein | Collection privée


foudart_logo_edited.png
bottom of page