google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Impeccable

Comment ça s’organise une classe, ici ? Qu’est-ce qu’on y apprend ?...

Dans un français à la fois très précis et très singulier, où chaque mot compte, chaque mot a un poids, Viktor s’invite dans l’espace de la salle de classe.

J'occupe un peu de votre classe pour un moment, je me coupe une petite part de votre pièce d'école. Est-ce que ça va? (...) Je m’appelle Viktor. Je suis né comme un ruisseau dans un pays où rien ne bouge, ce n'est pas de chance, ce n'est pas impeccable, je suis né dans un pays où préférer aller voir de l'autre côté de l'horizon c'est comme insulter ce que les gens ont dans la tête. EXTRAIT

Bien sûr, il avait tout pour être heureux « là-bas ». Mais il étouffait dans son pays refermé sur lui-même, et il imagine sa vie non avec des racines mais avec des ailes aux pieds. Grandir, pour lui, c’est passer des frontières, rencontrer d’autres visages, d’autres gens de son âge - quitte à aller jusque dans leur classe pour leur parler de son voyage...

Que veut dire «chez soi» dans un monde en plein mouvement, en pleine métamorphose ?

À l’origine, Impeccable a été écrit pour un public d’adolescents pour interroger leur rapport au voyage, à l’étranger et aux déplacés géographiques.


Pour Viktor, le «chez soi» est partout. Il est un «citoyen du monde» et vient chatouiller chez