google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Les pâtes à l'ail

Deux amis d'enfance dînent ensemble tous les mois, depuis des décennies ; des pâtes à l’ail. Ils célèbrent chacun à leur manière, avec un humour tendre et décapant : la vie, l’amour, le temps qui passe, leurs souvenirs. Mais ce soir, rien ne va se passer comme prévu. Et Vincent va demander à Carlo, la plus grande preuve d’amitié qu’un homme puisse demander à un autre.

Avis de Foudart 🅵🅵🅵

ON MANGE DES PÂTES, ON BOIT UN COUP DE BAROLO ET AU CAFÉ, JE TE TUE ET JE RENTRE CHEZ MOI ?

Les Pates à l’ail est une pièce acerbe, ironique et pourtant, résolument optimiste. Une pièce sur la vie et l’amitié entre deux hommes, depuis 60 ans.

Avec un humour très particulier et beaucoup de tendresse, Bruno Gaccio, Philippe Giangreco et Jean-Carol Larrivé, les trois coscénaristes ont composé une pièce très drôle, sans fioriture ni démonstration qui soulève de belles questions existentielles.


Dans un décor magnifique d’Emily Giernaert, on a vraiment l’impression de passer un moment avec des copains de toujours, autour d’un plat de pâtes à l’ail. Bruno Gaccio, Philippe Giangreco, se taquinent et se renvoient la balle avec un naturel troublant et une belle énergie.


Quel est le vrai et le faux dans cette pièce ?

C’est exactement ce que j’ai essayé de savoir, en rencontrant Bruno Gaccio. Il n'a pas vraiment répondu à ma question, mais cette rencontre fut particulièrement agréable.

L'interview est ici

 

LES PÂTES À L'AIL.

De Bruno Gaccio, Philippe Giangreco & Jean-Carol Larrivé

Avec Philippe Giangreco et Bruno Gaccio

Mise en scène Jean-Carol Larrivé


CAFÉ DE LA GARE

41 RUE DU TEMPLE 75004 PARIS

À partir du 29 octobre 2021

Les vendredis et samedis à 21h




 

interview délicieusement truculente de Bruno Gaccio


FREDERIC BONFILS. Bonsoir Bruno GACCIO, est ce que vous faites vraiment les pâtes sur scène ?

BRUNO GACCIO. Bien sûr, on fait les pâtes à l'ail, on les rate, mais oui. On les faits.

J'étais au deuxième rang et ca sent l'ail, figurez-vous

(rire) On fait vraiment la "scarpetta": on coupe la tomate, on met l'ail, de l'huile d'olive, un peu de vinaigre balsamique, du sel, du poivre. Mais ce soir, il n'y avait pas de basilic.

Ce n'est pas pas évident de boire, de manger, de cuisiner sur scène

Nous, on fait tout « comme à la maison ».

Vous dites ça, comme si c’était vraiment naturel, mais ce n'est si pas évident

Ah, c'est du travail ! En même temps, on a 60 ans de répétition, derrière nous.

Justement, vous connaissez réellement Philippe Giangreco, depuis 60 ans ?

Il est du mois de février 59 et moi, du mois de décembre 58. Sa mère nous gardait quand nous étions nourrissons, mais il y a des périodes où l’on ne s'est pas vu. <