google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Nos paysages mineurs

Une vie d’amour, d’un même couple dans un même train

Avec une scénographie particulièrement complexe - 3 caméras, un long travelling, un compartiment, deux écrans, une maquette de train électrique et deux violoncelles, Marc Lainé a créé un spectacle d’amour à la croisée du théâtre, du cinéma et de la littérature.

Dans les années 70. Il enseigne dans une petite ville de province. Elle rend visite à ses parents. Ils se rencontrent dans le train.

La rencontre, le mariage, l’enfant, la maladie, le deuil et la séparation

La pièce commence par un monologue de l’homme et finit par un monologue de la femme.

Le temps d’un trajet de train

Au travers des vitres d’un compartiment, devant des paysages mineurs et au rythme d’un train qui avance comme le temps qui passe inexorablement, on va assister sur plusieurs années, aux grandes étapes d’une vie d’amour toute simple.

Une trajectoire banale, belle et forcément triste, entre deux destinations autant qu’entre deux personnes. Marc Lainé

Vincent Ségal, au violoncelle et Baptiste Klein, à la vidéo, en direct, avec malice et improvisation, vont orchestrer le spectacle.

Vincent Ségal est un artiste que j’admire pour son absolue liberté. Marc Lainé

Une société qui évolue le temps d’une révolution

Ce spectacle qui parle de toute une époque, de patriarcat et d’émancipation des femmes est aussi un hommage au cinéma des années 70, de Claude Sautet à Godard, en passant par Jacques Demy.