google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

PIERRE FEUILLE PISTOLET : le minivan de l’émotion

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine en février 2022, plus de 14,5 millions d'habitants ont fui leur pays, cherchant refuge principalement en Pologne. Ces chiffres sont accompagnés de 4,7 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays, fuyant l'est pour trouver sécurité dans l'ouest. L'évacuation massive des civils est l'un des phénomènes les plus marquants de cette guerre, qui se déroule si près des frontières du monde occidental.


Maciek Hamela, réalisateur et bénévole, déclare : « Dans ce film, je suis à la fois réalisateur, chauffeur, organisateur, bénévole, interprète et confident ».


À bord de son van polonais, il parcourt les routes de l'Ukraine, évacuant les habitants fuyant leur pays suite à l'invasion russe.

Au cours des opérations d'évacuation, le réalisateur Maciek Hamela a parcouru plus de 100 000 kilomètres pour secourir des civils.


À travers son rétroviseur, de manière discrète mais engagée, il a recueilli des dizaines d'heures de témoignages puissants et bouleversants. « Ma mission première est de localiser les personnes nécessitant une évacuation et de leur assurer un hébergement et des soins adaptés. Cela m'a constamment poussé à agir et à chercher des solutions. Lorsqu'ils me parlent, c'est à l'homme-orchestre que je suis qu'ils s’adressent ».


Le véhicule devient alors un refuge éphémère

Un sas conduisant vers la sécurité, une zone de confiance et de confidences pour des personnes laissant tout derrière elles, avec pour seul objectif de trouver une possibilité de vie pour elles et leurs enfants.


Toutes les classes sociales et toutes les générations voyagent à bord de ce van

À chaque trajet, différentes personnes ou familles évoquent leurs propres sentiments et leur expérience de la guerre, partagent leurs points de vue, leurs émotions, révèlent leurs peurs, leur état d'esprit et leurs espoirs.


Ces confessions et échanges d'expériences forment alors un récit global qui documente le destin de l'humanité, bouleversée par une transformation existentielle « La plupart du temps, les passagers ne se connaissent pas les uns les autres, et chaque histoire est racontée, souvent pour la première fois ». Ces échanges évoquent souvent les problèmes quotidiens d'avant l'invasion du pays, nous permettant de comprendre que leurs vies n'étaient pas si différentes des nôtres avant d'être brutalement interrompues par la guerre « Les expériences de la semaine ou du mois précédents se mêlent aux conversations sur l'avenir proche et lointain, souvent accompagnées d'inquiétude ».


Ces échanges nous font ressentir le moment crucial où une personne « devient réfugiée »

Où elle effectue la transition entre le passé et le futur et doit réagir à la perte, à la nécessité de prendre des décisions

rapides et de compter sur l'aide de personnes qui lui sont étrangères.


Les enfants occupent une place importante dans ces récits. Ils s'expriment sans filtre, exprimant leurs peurs et leur méfiance. Leurs réactions spontanées lorsqu'ils quittent leur foyer offrent un aperçu poignant du drame de l'exil forcé, l'une des plus grandes menaces de notre époque.


À l'intérieur du véhicule, la caméra est positionnée en face des passagers, rarement en mouvement. La bulle éphémère offerte par le minivan favorise des conversations franches et les dialogues créent une dynamique dans le cadre, guidant librement notre regard entre le conducteur et les passagers.

Ce huis clos sur roues est rythmé par des scènes d'adieux, de présentations et de retrouvailles, marquant le début ou la fin de chaque histoire et créant naturellement les chapitres du film.


Mais comme c'est souvent le cas dans les situations dramatiques, le rire trouve également sa place.

Parfois, ces échanges prennent un ton léger qui contraste avec le contexte tragique, échappant ainsi aux récits de guerre stéréotypés auxquels on pourrait s'attendre.


À travers les fenêtres du minivan, le paysage implacable de la guerre défile sous nos yeux : les chars sur la route, les bombardements au loin, les points de contrôle. Ils constituent un arrière-plan silencieux aux conversations, mais malgré cette apparente tranquillité, les maisons calcinées, les vitres brisées et les débris de missiles incrustés dans les routes s'imposent à notre regard. Ces images représentent un monde effondré qui ne sera plus jamais le même.


 

Ainsi se tisse le fragile fil des émotions qui guide la narration de ce film

Les histoires, toutes différentes, se mêlent et résonnent entre elles. Les plans fixes nous rapprochent avec force et précision de ces personnes qui partagent avec nous leur moment de vie exceptionnel.


PIERRE FEUILLE PISTOLET (In the Rearview) est également l'écho d'une mobilisation spontanée, massive et parfois surprenante, ainsi que le témoin d’un rapprochement historique entre deux pays marqués par un passé commun difficile.

Ce sursaut inattendu nous prouve-t-il que la fraternité entre les peuples peut surgir là où on l'attend le moins ? Avis Foudart 🅵🅵🅵


 


PIERRE FEUILLE PISTOLET

SORTIE LE 8 NOVEMBRE

UN FILM DE MACIEK HAMELA

2023 – Pologne, France, Ukraine – 85 minutes





foudart_logo_edited.png
bottom of page