google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

L’homme qui plantait des arbres

Dernière mise à jour : 8 juil.

Ravel, Beethoven, Schubert et… Giono


L'idée du paysage

Quand François Bernard, le chef d’orchestre et directeur de La Capella Forensis, pense au paysage, tout de suite deux œuvres lui viennent à l'esprit, l'une musicale, l'autre littéraire. Deux œuvres qui portent une vision comparable du paysage, à la fois intime et épique, descriptive et sublimée, naturaliste et humaniste : L'oye de Maurice Ravel et l'Homme qui plantait des arbres de Jean Giono, et… il en a fait un spectacle !… ou plutôt, un concert-spectacle plein de voix et musique mêlées.


« Le paysage musical est toujours subjectif, tant il est vrai que la musique ne peut rien décrire

de précis; mais, comme le dit Berlioz, par son vague même, et par le rôle de l'imagination que

cette imprécision laisse libre, elle est "incomparablement plus puissante" dans l'évocation ». François Bernard


Dès le commencement, un groupe de trois magnifiques musiciens munis de leur instrument (un accordéon, une clarinette et un Marimba) accueille un conteur aux cheveux blanc et à la voix charnelle qui semble sorti tout droit d’une crèche provençale.

Ce troubadour poétique va nous conter l’histoire d'Elzéar Bouffier, le berger planteur d'arbres.


 

Enveloppé par une musique aux mélodies longue et souple, notre imaginaire prend son envol et les paysages se dessinent dans notre pensée.

Ce manifeste pastoral, écologique et humaniste est un véritable hymne à la nature et à la vie. Avis de Foudart 🅵🅵🅵



 

L’homme qui plantait des arbres

De Giono

François Bernard Chef d’orchestre

Laurent Chouteau Comédien

Denis Kracht-Noël Marimba

Damien Schulteiss Clarinette

Sven Riondet Accordéon


FESTIVAL OFF AVIGNON

Théâtre Note Dame

Du 5 au 30 Juillet à 12h50 • Relâche le mercredi







 

PROGRAMME


Ludwig van Beethoven

9ème Symphonie, 3ème mouvement

7ème Symphonie, 2ème mouvement

6ème Symphonie, ler mouvement

6ème Symphonie, 5éme mouvement