google.com, pub-7957174430108462, DIRECT, f08c47fec0942fa0
 

Le dernier témoignage

 « On ne naît pas assassin, on le devient »

En 2008, poussé par les secrets de son propre héritage juif, le cinéaste britannique Luke Holland a commencé à interviewer la dernière génération vivante d’Allemands ayant participé au Troisième Reich d’Adolf Hitler - non pas les noms effrayants et tristement célèbres des livres d’histoire, mais les citoyens ordinaires qui ont mis en œuvre les plans des architectes du génocide à grande échelle.


Après plus de 10 ans de travail, de recherches et 300 entretiens, le réalisateur dresse, aujourd’hui, le portrait sans complaisance ni jugement de la dernière génération vivante d’anciens SS ou de civils ayant participé activement à ce régime et parle de leurs souvenirs, de leurs perceptions et de leurs appréciations personnelles.

Mon espoir est que les gens réfléchissent à leur propre place dans le monde démesurément complexe d’aujourd’hui. Tom Holland

Après la Shoah

Plus de 80 ans, se sont écoulées depuis l’un des plus grands crimes contre l’humanité de l’Histoire et presque tous les témoins oculaires ont disparu.


Alors, qu’est-il advenu du grand nombre d’hommes et de femmes de tous les jours qui ont participé de près ou de loin à ces atrocités ?

Ces gens ont été très nombreux - plus de 900 000 Allemands ont servi dans la SS et 900 000 autres ont travaillé sur le réseau ferroviaire ayant transportait les hommes, les femmes et les enfants vers les nombreux camps.

Ils étaient tout simplement de jeunes hommes et de jeunes femmes, devenus membres de la SS, combattants de la Wehrmacht, gardiens de camps de concentration ou témoins civils silencieux.


Après la guerre, la majorité de ces personnes a été considérée comme des fonctionnaires plutôt que comme des criminels de guerre et ont repris le cours de leur vie.


Pendant toutes ces années, le silence sur leur jeunesse « dorée » au beau milieu d’un effrayant genocide, a été bien gardé y compris sein de leur propre famille.


Ce documentaire leur donne l’occasion de parler de la manière la plus directe et la plus personnelle qui soit, et de tenter de répondre aux questions suivantes :


Comment des êtres humains ordinaires et ambitieux ont pris part à l’un des crimes les plus extraordinaires de l’humanité ?


Comment prenons-nous conscience du fait que nous participons à un crime, même de façon subtile ou éloigné ?


Comme nous pouvons très facilement nous en apercevoir en regardant ce film, les raisons sont multiples (rejoindre un club d’enfants, entrer dans l’armée, trouver un emploi) et les réactions face à la réalité du passé vont de la lamentation à la justification, de la reconnaissance au déni.


Si l’on peut comprendre aisément que ce déni puisse être une ressource nécessaire pour avancer, il peut être également très dangereux en compliquant Le devoir de mémoire essentiel.

« Comprendre n’est pas pardonner »

Tom holland se défend de faire un acte de pardon. Pour lui, il s’agit de deux processus distincts et n’a voulu s’intéresser qu’au premier. Il a souhaité, avec ce film, à la fois saisissant et troublant dans son humanité, faire la lumière là, où il pourrait être difficile de regarder.


 


Loin d’être un documentaire uniquement historique, LE DERNIER TÉMOIGNAGE résonne avec des thèmes de notre époque - les périls de l’autorité, de la conformité, de l’identité nationale et de la fabrication de mythes idéologiques.


Le brouillard sombre de la mémoire humaine

Ce film, presque insoutenable et pourtant très réussi qui regroupe, avec de nombreuses images d’archives, ces interviews inédites et rares, parle de cette horreur et met en exergue, de façon magistrale, le brouillard sombre de la mémoire humaine. Avis Foudart 🅵🅵🅵🅵


 


LE DERNIER TÉMOIGNAGE

ENTRETIENS INÉDITS AVEC LA DERNIÈRE GÉNÉRATION VIVANTE ISSUE DU TROISIÈME REICH D’HITLER

Filmé et dirigé par LUKE HOLLAND